Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Marcus Petreius

mercredi 10 février 2016

Marcus Petreius (vers 110 av. jc-46 av. jc)

Général de la République romaine

Il fut l’un des lieutenants de Pompée au cours de la guerre civile de César [1]. Lors de la conjuration de Catilina [2], pendant la maladie du consul Caius Antonius Hybrida , collègue de Cicéron, Marcus Petreius marche contre Catilina et écrase son armée, dans la bataille de Pistoïa [3] en 63 av. jc.

En 49 av. jc, il combat en Espagne, avec Lucius Afranius , comme lieutenant de Pompée et est battu par César à Ilerda [4]. Il rejoint l’armée de Pompée à Pharsale [5] puis en Afrique.

Plus tard, il embrasse le parti de Pompée et du sénat contre César et devint un acteur important de la lutte entre César et Pompée, connue sous le nom de Guerre civile romaine de 49 av. jc. En 46 av. jc, il est blessé à Ruspina [6] et assiste à la bataille de Thapsus [7] qui achève la ruine de Pompée en Afrique.

Après la ruine du parti républicain, il veut se réfugier avec le roi Juba, dans la ville tunisienne de Zama [8], célèbre pour la bataille qui s’y déroula en 202 av. jc, qui leur ferme ses portes.

Ils se donnent mutuellement la mort en 46 av. jc dans une maison isolée.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Marcus Petreius/ Portail de l’histoire militaire/ Général de la République romaine

Notes

[1] La guerre civile de César, appelée aussi guerre civile romaine de 49 av. J.-C. ou guerre civile entre César et Pompée, est un des derniers conflits intérieurs de la République romaine, et fait partie de la liste des nombreuses guerres civiles romaines. Elle a consisté en une série de heurts politiques et militaires entre Jules César, ses alliés politiques et ses légions d’une part, et la faction conservatrice du Sénat romain, appelée aussi optimates, épaulée par les légions de Pompée d’autre part.

[2] La conjuration de Catilina est un complot politique visant la prise du pouvoir à Rome en 63 av. jc par le sénateur Lucius Sergius Catilina. Devenue la capitale d’un empire en croissance rapide, la Ville est alors depuis longtemps à l’abri d’une attaque ennemie, mais depuis la Guerre sociale (de 91 à 88), elle doit faire face à de nombreux troubles qui mettent à mal les institutions de la République romaine et sa population. Le complot ourdi par Catilina et ses partisans ne ressemble pourtant en rien à ce que la République romaine a connu jusqu’alors. Déçu par un double échec lors de l’élection au consulat, Catilina organise secrètement une conjuration qui vise à éliminer une partie de l’élite politique romaine et à s’emparer du pouvoir politique suprême en s’appuyant sur les frustrations d’une partie de la nobilitas romaine et de certains notables italiens. Sur sa route, le conspirateur voit ses visées contrecarrées par la détermination du consul Cicéron, dont le mandat touche à sa fin au moment des faits. En bon orateur, Cicéron dénonce Catilina publiquement et avec virulence, puis conduit la contre-offensive militaire qui met finalement la conjuration en déroute. Catilina meurt au combat au début 62, tandis que Cicéron, salué du titre de « Pater patriae », connaît d’abord la gloire pour avoir sauvé la République, avant que cette même affaire ne le contraigne à l’exil en 58.

[3] Pistoia est une ville de la province de Pistoia en Toscane (Italie). Pistoia est située au pied des Apennins, à 37 km au nord-ouest de Florence, dans le centre de l’Italie.

[4] Lérida est une ville située dans le nord-est de l’Espagne, dans la communauté autonome de Catalogne. Elle est la capitale de la province du même nom.

[5] La bataille de Pharsale est un affrontement se déroulant en Thessalie, près de la ville du même nom, le 9 août 48 av. jc, pendant la guerre civile romaine. Il oppose les troupes de César à celles de Pompée. En gagnant cette bataille avec des troupes très inférieures en nombre, Jules César prit un avantage décisif sur le camp adverse.

[6] Ruspina est une ville antique d’Afrique du Nord fondée par des Phéniciens originaires de Tyr au 4ème siècle av. jc. Le nom Rous Penna signifie en phénicien « cap » ou plus précisément « presqu’île ». Elle s’étend sur plus de huit hectares sur un site stratégique à l’abri des incursions extérieures. Elle correspond aujourd’hui au site de la ville de Monastir.

[7] La bataille de Thapsus se déroule le 6 avril 46 av. jc près de Thapsus (aujourd’hui Ras Dimass, en Tunisie). L’armée du parti conservateur (les Optimates), conduite par Metellus Scipion et de son allié Juba 1er de Numidie, se bat contre les forces de Jules César, qui finissent par avoir le dessus. Avec cette victoire, César brise les résistances contre son pouvoir en Afrique et s’approche encore plus du pouvoir absolu.

[8] Zama Regia (dite parfois Zama Maior, ou juste Zama) est une ville antique d’origine numide, rattachée ultérieurement à la Proconsulaire romaine, située en Tunisie actuelle.