Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 16ème siècle > Pedro Fernandes de Queirós

Pedro Fernandes de Queirós

jeudi 22 octobre 2015

Pedro Fernandes de Queirós (1565-1615)

Navigateur et explorateur portugais

Né à Évora [1] au Portugal, Queirós s’engage dans la marine espagnole où il devient un navigateur expérimenté. En 1595, il participe en qualité de pilote aux explorations d’ Álvaro de Mendaña de Neira au sud-est du Pacifique.

Il se rend à Rome en 1600 pour obtenir la bénédiction du pape Clément VIII en vue de nouvelles explorations. Il prend la mer en direction du Pérou en 1603 pour organiser une expédition à destination de la Terra australis [2], et en prendre possession au nom de l’Espagne et de l’Église. Son expédition embarque à Callao [3], le 21 décembre 1605, avec 300 hommes d’équipage et soldats, à bord de trois navires, le Santos Pedro y Pablo, le San Pedro et Los Tres Reyes.

En 1606 l’expédition atteint l’archipel des Tuamotu [4], les îles du Bon Voyage [5] et les Nouvelles-Hébrides [6]. Quirós accoste sur une grande île qu’il pense faire partie du continent austral, et la baptise Austrialia del Espíritu Santo [7] en l’honneur de la dynastie régnante en Espagne et au Portugal, les Habsbourg, d’origine autrichienne. Il y fonde une colonie qu’il baptise Nouvelle Jérusalem, mais doit rapidement abandonner son projet en raison de l’hostilité des autochtones et des conflits entre les membres de l’expédition.

Sur le chemin du retour, le mauvais temps sépare le bateau de Quirós des autres navires. Il débarque finalement à Acapulco, au Mexique, en novembre 1606. Son commandant en second, Luis Váez de Torres , parti à sa recherche, mit le cap sur Espíritu Santo, découvrant qu’il s’agissait d’une île et non d’un continent. Il poursuivit sa route et atteignit Manille aux Philippines.

Queirós retourne à Madrid en 1607. Considéré comme fou, il passe les sept années suivantes dans la misère, se consacrant à la rédaction de nombreux rapports de voyage et sollicitant le roi Philippe III d’Espagne pour qu’il finance une nouvelle expédition. Il repartit au Pérou avec des lettres de recommandation, mais sans obtenir le soutien financier du roi. Quirós mourut à Panamá en 1615.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Annie Baert, Le Paradis terrestre, un mythe espagnol en Océanie — Les voyages de Mendaña et de Quirós, 1567-1606, Éditions L’Harmattan, France, 1999,

Notes

[1] Évora est une ville et une municipalité du Portugal, chef-lieu du District d’Évora, dans la région de l’Alentejo et la sous région de l’Alentejo Central. Elle est limitée au nord par la commune d’Arraiolos, au nord-est par Estremoz, à l’est par Redondo, au sud-est par Reguengos de Monsaraz, au sud par Portel, au sud-ouest par Viana do Alentejo et à l’ouest par Montemor-o-Novo. Elle est le siège de l’Archidiocèse d’Évora.

[2] la « grande terre mythique du sud

[3] Callao est une ville du Pérou, proche de Lima, l’un des six districts de la Province Constitutionnelle de Callao. Principal port de pêche et de commerce du pays. Callao est fondée en 1537, deux ans après Lima, et devient aussitôt le principal port espagnol de commerce dans le Pacifique. Durant la vice-royauté du Pérou toutes les marchandises produites dans la partie est du royaume sont transportées à travers les Andes à dos de mule vers Callao. Puis elles sont chargées sur des bateaux et transportées jusqu’au Panama puis de nouveau rechargées pour traverser l’isthme de Panama et enfin de nouveau rechargées pour traverser l’océan Atlantique jusqu’en Espagne.

[4] L’archipel des Tuamotu est un archipel de 76 atolls2 qui fait partie de la Polynésie française. Il dépend administrativement de la subdivision Tuamotu-Gambier. Tuamotu signifie en tahitien « les îles au large », l’archipel se trouvant à l’Est de Tahiti. Les habitants des Tuamotu sont les Paumotu,

[5] Buen Viaje : Butaritari et Makin au nord des îles Gilbert

[6] aujourd’hui le Vanuatu

[7] L’île s’appelle toujours Espiritu Santo