Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 17ème siècle > James Crofts ou Jacques le Bâtard dit James Scott

James Crofts ou Jacques le Bâtard dit James Scott

lundi 24 août 2015

James Crofts ou Jacques le Bâtard dit James Scott (1649-1685)

1er duc de Monmouth-1er duc de Buccleuch

Il naît à Rotterdam [1]. Fils illégitime de Charles II d’Angleterre et de sa maîtresse, Lucy Walter , qui avait suivi le prince en exil sur le continent pendant la dictature de Cromwell [2]. Aîné des 14 enfants illégitimes du futur Charles II.

Se déclarant prétendant au trône à la mort de son père en 1685, il chercha à détrôner son oncle Jacques Stuart. Il fut exécuté le 15 juillet 1685 après l’échec de la Rébellion de Monmouth [3].

Peu après la restauration de la monarchie en 1660 James vient en Angleterre. En 1663, il a 14 ans, il est fait Duc de Monmouth, Comte de Doncaster, Baron Scott de Tynedale, trois titres du Peerage of England [4] et Duc de Buccleuch  [5], titre de la Pairie d’Écosse créé le 20 avril 1663 à l’occasion de son mariage avec Anne Scott, qui était quatrième comtesse de Buccleuch.

Appelé jusqu’alors James Crofts, car William Crofts, premier Baron Crofts, l’avait élevé, le faisant passer pour son neveu, il prit alors le nom de son épouse.

En 1665 il participe à la guerre contre les Pays-Bas sous les ordres de son oncle le duc d’York. En 1669 il est fait colonel de la King’s Life Guard [6].

En 1670, la mort de George Monck fit de lui, à 21 ans, le plus jeune officier supérieur. Il participe à la troisième Guerre anglo-néerlandaise en 1672, à la tête de 6 000 soldats anglais combattant aux côtés des Français. Il participe avec panache au siège de Maastricht. De 1674 à 1682 il est président de l’Université de Cambridge [7].

En 1678, il commande un corps anglo-hollandais, les Anglais étant alliés des Provinces-Unies dans la coalition menée contre la France par Guillaume d’Orange et participe à la bataille de Saint-Denis. L’année suivante, il vainc les Covenantaires [8] à la bataille de Bothwell Bridge [9], le 22 juin.

Depuis plusieurs années, le duc de Monmouth, bien qu’il ne montre pas de réelles aptitudes à gouverner, est populaire parce que protestant, et, quoique bâtard, il est pressenti pour succéder à son père qui n’a pas d’enfant de son épouse Catherine de Bragance en lieu et place du catholique duc d’York le futur Jacques II d’Angleterre. Plusieurs parlementaires tentent même d’imposer ce choix lors de la crise de l’Exclusion Bill [10], en 1679, mais en vain. Impliqué dans le Complot de Rye-House [11] en 1683, il est obligé de s’exiler.

À la mort de Charles II en 1685, le duc engage la rébellion dite « de Monmouth » pour s’imposer sur le trône. Débarquant à Lyme Regis [12], il essaie de soulever le Dorset [13] et le Somerset [14], mais est battu par les troupes royales menées par le duc de Malborough John Churchill à la bataille de Sedgemoor [15] le 6 juillet 1685.

L’échec de la conspiration entraîne son exécution. Condamné pour crime de haute-trahison, il est décapité le 15 juillet 1685 à Tower Hill [16] par Jack Ketch .

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia James Scott (1er duc de Monmouth)/ Portail de l’Écosse/ Enfant illégitime de monarque britannique

Notes

[1] Rotterdam est une ville portuaire et commune néerlandaise, située en Hollande-Méridionale.

[2] Le Commonwealth d’Angleterre est la période ouverte en 1649 par la chute de la monarchie anglaise et pendant laquelle l’Angleterre, puis également l’Irlande et l’Écosse, sont gouvernées par un régime républicain. Jusqu’en 1653, puis de nouveau de 1659 à la Restauration de 1660, le pouvoir politique est dévolu principalement au Parlement et au Conseil d’État, les deux phases étant séparées par le Protectorate d’Olivier Cromwell. Le terme de Commonwealth est parfois utilisé pour désigner l’ensemble de la période, également dénommée interrègne anglais.

[3] La rébellion de Monmouth est une tentative ayant eu lieu en 1685 de renverser Jacques II, devenu roi d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande à la mort de son frère aîné Charles II le 6 février 1685. Jacques II est impopulaire en raison de sa foi catholique et nombre de ses sujets étant opposés à l’idée d’un roi « papiste ». James Scott, premier duc de Monmouth, fils illégitime de Charles II, prétend alors être l’héritier légitime du trône et tente de remplacer Jacques II. La rébellion s’achève avec la défaite des partisans de Monmouth à la bataille de Sedgemoor le 6 juillet 1685. Monmouth est exécuté sous le motif de trahison le 15 juillet et nombre de ses partisans sont exécutés ou condamnés à la déportation par les « Assises sanglantes » du juge Jeffreys.

[4] La pairie d’Angleterre (peerage of England) rassemble tous les titres de pairies (peerage titles) créés dans le Royaume d’Angleterre avant 1707. La pairie d’Angleterre rassemblait les membres de la chambre des Lords du parlement anglais. En 1707, les royaumes d’Angleterre et d’Écosse furent réunis dans le Royaume de Grande-Bretagne.

[5] Le titre de duc de Buccleuch fut créé en pairie d’Écosse le 20 avril 1663 pour le duc de Monmouth, fils illégitime de Charles II d’Angleterre, qui est marié à Anne Scott, quatrième comtesse de Buccleuch.

[6] Garde royale, créée en 1660

[7] L’université de Cambridge (Angleterre) est la deuxième plus ancienne université britannique (la première étant l’université d’Oxford). Elle fait partie des Anciennes universités.

[8] Les Covenantaires formèrent un important mouvement religieux et politique en Écosse au 17ème siècle. Du point de vue religieux, ce mouvement s’attacha surtout à promouvoir et à développer le presbytérianisme, et à en faire une forme de gouvernement souhaitée par le peuple, en opposition avec l’Épiscopalisme, qui avait les faveurs de la couronne. Du point de vue politique, ce mouvement vit d’importantes évolutions du caractère et du fonctionnement du Parlement écossais, qui commença à se démarquer progressivement de ses origines médiévales. Dans son ensemble, ce mouvement était essentiellement conservateur dans le ton, mais il amorça une révolution qui embrasa l’Écosse, l’Angleterre et l’Irlande, et qui fut appelée les guerres des Trois Royaumes.

[9] La bataille de Bothwell Bridge, ou de Bothwell Brigg, ou de Bothwell Brig, oppose en Écosse, non loin de Hamilton, le 22 juin 1679, les troupes royalistes du duc de Monmouth aux rebelles covenantaires, qui sont mis en déroute.

[10] L’Exclusion Bill est un projet de loi avorté dont l’objet était d’exclure de la succession au trône d’Angleterre et d’Irlande le frère du roi, Jacques (futur Jacques II d’Angleterre), en raison de sa foi catholique. Les Tories s’opposèrent à cette mesure, tandis que le Country party, ancêtre du parti whig, la soutenait.

[11] Le complot de Rye-House est un complot formé en Angleterre en 1683, sous le règne de Charles II. Il avait pour but de tuer le roi et son frère, le duc d’York (futur Jacques II). L’attentat devait s’accomplir le 1er avril 1683, à Rye-House, maison de campagne à Hoddesdon, dans le Hertfordshire (d’où son nom), dont la propriété était celle de Richard Rumbold, un républicain connu. Le plan consistait à disposer d’une force de 100 hommes en embuscade dans le domaine de Rye House et à tuer le roi et le duc d’York qui assistaient à une course de cheval à Newmarket. L’embuscade devait avoir lieu sur le chemin de retour vers Londres. Mais un incendie accidentel à Newmarket le 22 mars détruisit une partie de la ville et précipita le retour du roi quelques jours plus tôt. Le complot avorta. Le complot fut découvert rétrospectivement le 12 juin 1683 par des lettres saisies et des confidences faites à un des membres du Conseil privé.

[12] Lyme Regis est une ville côtière située dans l’ouest du Dorset à 40 km à l’ouest de Dorchester et à 40 km à l’est d’Exeter. Sa position dans la baie de Lyme dans la Manche en a fait à partir du xiiie siècle un des ports majeurs d’Angleterre.

[13] Dorset (pron. : [ˈdɔrsɨt] ; auparavant nommé aussi Dorsetshire) est un comté en grande partie rural dans le sud-ouest de l’Angleterre, situé sur la Manche.

[14] Le comté du Somerset en Angleterre du Sud-Ouest est limité au nord par la ville de Bristol et le Gloucestershire, le Wiltshire à l’est, le Dorset au sud-est et le Devon au sud-ouest. Il est en partie délimité au nord et à l’ouest par le canal de Bristol et l’estuaire du Severn.

[15] La bataille de Sedgemoor se déroula le 6 juillet 16851 (16 juillet 1685 du calendrier grégorien) à Westonzoyland, près de Bridgwater, dans le Somerset. Elle mit fin aux espoirs du duc de Monmouth de s’emparer du royaume d’Angleterre.

[16] Tower Hill (« colline de la Tour ») est une hauteur de Londres située à proximité immédiate de la Tour de Londres, au nord-ouest de celle-ci. Bien que se trouvant aux limites extérieures de la City, elle dépend cependant du district de Tower Hamlets depuis que la Tower Liberty, la plaça sous la juridiction exclusive de la célèbre forteresse. À partir du Moyen Âge, Tower Hill deviendra un lieu d’exécution des peines capitales particulièrement réservé aux personnalités de hauts rangs.