Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Titus Oates

lundi 24 août 2015

Titus Oates (1649-1705)

Parjure du 17ème siècle

Cet ecclésiastique anglican inventa de toutes pièces un faux complot catholique visant à tuer le roi Charles II d’Angleterre.

Il annonça en 1678 avoir découvert un complot papiste visant à assassiner le roi Charles II et à le remplacer par Jacques, son frère de confession catholique. La plupart des Églises protestantes accordèrent en réaction un soutien massif aux whigs [1] anglicans, qui remportèrent une grande majorité des sièges à la Chambre des communes.

En 1679, les whigs adoptèrent l’Exclusion Bill [2] afin d’interdire à Jacques l’accès au trône, mais la loi fut rejetée par la chambre des Lords [3]. On découvrit plus tard qu’Oates avait menti, et la popularité du parti whig déclina d’autant.

Une fois le roi catholique Jacques II parvenu sans encombre sur le trône en 1685, il fit juger Oates, lequel fut condamné à la perte de sa dignité cléricale, à l’emprisonnement à vie, mais aussi à s’exposer une fois par an au pilori.

Oates fut sorti de sa cellule vêtu d’un chapeau où il était écrit : « Titus Oates, reconnu coupable de plein droit de deux sordides parjures ». Le pilori fut installé à l’entrée de Westminster Hall [4], où les passants lui lançaient des œufs. Le jour suivant, le pilori fut transporté au centre de Londres, puis le troisième jour Titus Oates fut dénudé, ligoté à une charrette puis fouetté depuis Aldgate [5] jusqu’à Newgate [6]. Le fouettage reprit le jour suivant. Le juge de l’affaire, le baron Jeffreys , déclara en outre qu’Oates était une « honte pour l’humanité ».

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Titus Oates/ Portail de l’Angleterre/ Restauration anglaise

Notes

[1] Le parti whig est un parti politique apparu au 17ème siècle en Angleterre qui, à compter de la fin du 17ème siècle, militait en faveur d’un parlement fort en s’opposant à l’absolutisme royal. Il s’opposait au parti Tory de l’époque. Le terme, apparu au 17ème siècle, désigne à l’origine un brigand écossais.

[2] L’Exclusion Bill est un projet de loi avorté dont l’objet était d’exclure de la succession au trône d’Angleterre et d’Irlande le frère du roi, Jacques (futur Jacques II d’Angleterre), en raison de sa foi catholique. Les Tories s’opposèrent à cette mesure, tandis que le Country party, ancêtre du parti whig, la soutenait.

[3] La Chambre des Lords est la chambre haute du Parlement du Royaume-Uni. Le Parlement comprend également la reine et la chambre basse, la Chambre des communes du Royaume-Uni. La Chambre des Lords se compose de membres nommés à vie par la reine sur proposition du Premier ministre, de 92 lords héréditaires élus parmi les membres des différentes pairies du Royaume-Uni et de 26 lords clercs de l’Église d’Angleterre, membres de droit.

[4] Westminster Hall, la plus vieille section subsistante du palais de Westminster, fut édifié en 1097. À l’origine, le toit était supporté par des piliers, mais fut remplacé sous Richard II par un comble en chêne réalisé sous l’égide de Henri Yevele et Hugues Herland, le maître-charpentier du roi. Il s’agit de l’une des plus grandes réussites de la construction médiévale en bois. Westminster Hall est ainsi l’une des plus grandes salles d’Europe n’ayant pas de support pour le toit, avec des dimensions de 73,2 m de long pour 20,7 m de large6. Westminster Hall a eu de nombreuses fonctions au cours de l’histoire, mais a principalement été utilisé à des fins juridiques.

[5] Aldgate est l’un des 25 Wards (quartier traditionnels) de la Cité de Londres. Elle tient son nom du fait que l’une des six portes permettant de franchir le mur de Londres, enceinte qui avait été construite par les Romains afin de défendre Londinium, était construite sur son axe. Aldgate était la porte située le plus à l’est et menait aux quartiers de Whitechapel et de l’East End. Le secteur est désormais dominé par l’assurance, plusieurs compagnies y ayant leur siège.

[6] Newgate (« La Porte neuve »), située naguère à l’extrémité ouest de Newgate Street, était l’une des sept portes historiques de la Cité de Londres, et l’une des six qui remontaient à l’antique Londinium de l’époque romaine. Partait de là une voie romaine qui menait vers Silchester, à plus de 70 km à l’ouest de Londres. Depuis le 12ème siècle au moins, la porte est utilisée comme prison pour dette, ainsi que pour y emprisonner des criminels. Cette prison de Newgate, de triste renommée, fut agrandie plus tard vers le sud sur l’actuel site de Old Bailey, la Haute Cour criminelle de Londres.