Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Cniva

lundi 16 janvier 2017

Cniva

Prince ou roi goth

Il envahit l’Empire romain au milieu du 3ème siècle. Il pénétra en Mésie [1], mit à sac Philippopolis [2], puis livra en se retirant la bataille d’Abrittus [3] où fut tué Dèce, premier empereur romain mort en combattant des barbares. Son successeur laissa partir Cniva avec son butin et en lui offrant un tribut pour qu’il ne revienne pas.

Il franchit le Danube vers l’an 250, à la tête d’un corps d’armée principal de 70 000 hommes. Puis il envoya des détachements de Germains [4] et de Sarmates [5] à travers la province romaine de Mésie. Ce déploiement de forces déclencha l’intervention de l’empereur Dèce.

À son arrivée devant la ville de Nicopolis [6] qu’ils assiégeaient, les Goths [7] abandonnèrent les lieux et firent mouvement dans la direction de Philippopolis. Les armées romaines les poursuivirent à marches forcées, à travers un terrain difficile, mais bientôt Cniva retourna ses troupes contre Dèce qui se croyait encore éloigné de ses ennemis. Le camp romain fut pris par surprise et Dèce s’enfuit en laissant derrière lui une armée défaite. Cniva mit ensuite le siège devant Philippopolis, mais ne parvint à conquérir la ville qu’après une longue résistance. Les vainqueurs massacrèrent la population et firent plusieurs prisonniers de marque.

Le sac de Philippopolis fit réagir Dèce, auquel la longueur du siège avait permis de préparer la contre-offensive. Il intercepta plusieurs unités venues de Germanie en renfort et fit consolider ses fortifications du Danube avant d’affronter les forces de Cniva. Les Romains, supérieurs en nombre, encerclèrent les Goths qui cherchaient à se retirer hors de l’empire.

Dèce, avide de revanche et sûr de sa victoire, les attaqua près d’une petite ville appelé Forum Terebronii. Mais les lourdes légions s’embourbèrent dans un marécage et l’empereur Dèce ainsi que son fils Herennius Etruscus furent tués dans la bataille, restée connue sous le nom de bataille d’Abrittus.

Après les combats, Trébonien Galle, le successeur de Dèce à la tête des troupes romaines, laissa Cniva partir avec butin et prisonniers et fit aider les Goths à lever le camp. Il promit même de payer un tribut annuel à Cniva pour le dissuader d’envahir à nouveau l’empire.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Edward Gibbon, Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain

Notes

[1] La Mésie est une ancienne région géographique et historique située au sud du cours inférieur du Danube, dans les actuelles Serbie, Bulgarie (nord) et Roumanie (extrémité sud-est).

[2] l’actuelle Plovdiv

[3] La bataille d’Abrittus oppose les Goths aux troupes romaines de l’empereur Dèce en juin 251, dans l’actuelle plaine de la Dobroudja.

[4] Les peuples germaniques ou Germains sont des ethnies indo-européennes originellement établies en Europe septentrionale. Leur protohistoire se situe dans les territoires connus sous le nom de Germanie (latin Germania), de Thulé (terme grec désignant probablement la Scandinavie ou le nord de l’Allemagne), ou encore sur les rives de la mer Noire. Mieux connus dans le monde latin à partir du 1er siècle, principalement à travers l’œuvre de l’historien Tacite, l’expansion originelle des Germains est attestée à l’âge du bronze danois. C’est à cette période que la linguistique fait remonter la différenciation linguistique en trois grands groupes : Germains orientaux, Germains occidentaux et Germains septentrionaux. Cette communauté linguistique est constitutive du paradigme de « Germains ».

[5] Les Sarmates sont un ancien peuple scythique de nomades des steppes, appartenant sur le plan ethno-linguistique au rameau iranien septentrional du grand ensemble indo-européen. Ils étaient établis à l’origine entre le Don et l’Oural. C’est aux 3ème et 2ème siècles av. jc que les Sarmates supplantent ces derniers en Ukraine. Leur poussée vers l’ouest se poursuit jusqu’au 1er siècle. À partir du 1er siècle av. jc, alors qu’ils dominent la steppe européenne, les Iazyges, les Urges, les Roxolans et les Scythes royaux, qui reconnaissaient l’autorité d’un roi, vont former une coalition. Des lanciers sarmates sont recrutés par Rome au cours du 2èmesiècle. L’intégration de ces unités auxiliaires se traduit par l’adoption de l’armement et des techniques militaires steppiques ainsi que par la création d’unités spécialisés. À partir du 3ème siècle une partie des Sarmates fut soumise aux Goths. Dès lors, ils font partie d’une coalition de peuples germaniques et non-germaniques, connue sous le nom de culture de Tcherniakov. À la fin du 4ème siècle, sous la pression des Huns certains groupes de Sarmates prirent part aux migrations et s’installèrent sur le territoire romain.

[6] Nicopolis d’Épire, Actia Nicopolis ou encore Nicopolis ad Actium, est une cité grecque fondée par Auguste pour commémorer sa victoire navale d’Actium contre Marc Antoine le 2 septembre 31 av. jc à l’embouchure du golfe Ambracique. La ville est située sur l’isthme de la péninsule qui sépare le golfe ambracique de la mer Ionienne, à l’opposé du promontoire d’Actium, environ 6 km au nord de la ville moderne de Prévéza. Nicopolis a connu un développement florissant pendant la période romaine et l’Antiquité tardive, avant de péricliter à l’époque byzantine. Au 5ème siècle, l’Épire en général et Nicopolis en particulier souffrent de nouveau de nombreuses invasions barbares : ce sont d’abord les Visigoths d’Alaric qui ravagent la région au début du siècle, puis, en 474-475, la ville est pillée par les Vandales de Genséric qui en réduisent la population en captivité. En 551, ce sont cette fois les Ostrogoths de Totila qui la ravagent. C’est suite à l’une de ces deux dernières attaques, plus probablement celle des Vandales, que le cadre urbain est profondément transformé avec la construction d’une nouvelle enceinte imposante

[7] Les Goths faisaient partie des peuples germaniques. Selon leurs propres traditions, ils seraient originaires de la Scandinavie. Ils provenaient peut-être de l’île de Gotland. Mais ils pourraient également être issus du Götaland en Suède méridionale ou bien du Nord de la Pologne actuelle. Au début de notre ère, ils s’installèrent dans la région de l’estuaire de la Vistule. Dans la seconde partie du 2ème siècle, une partie des Goths migrèrent vers le sud-est en direction de la mer Noire. Dès le 3ème siècle les Goths étaient fixés dans la région de l’Ukraine moderne et de la Biélorussie où ils furent probablement rejoints par d’autres groupes qui ont été plus ou moins intégrés dans la tribu. Les Goths formaient un seul peuple jusqu’à la fin du 3ème siècle. Après un premier affrontement avec l’Empire romain dans le sud-est de l’Europe au début du siècle, ils se séparèrent en deux groupes : les Greuthunges à l’Est et les Tervinges à l’Ouest qui deviendront par la suite les Ostrogoths ou « Goths brillants », à l’Est, et les Wisigoths ou « Goths sages » à l’Ouest.