Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Publius Acilius Attianus

dimanche 5 juillet 2015, par ljallamion

Publius Acilius Attianus

Sénateur romain

Pièce de monnaie datant de Publius Acilius Attianus Sénateur romainPréfet du prétoire [1] à la fin du règne de Trajan et au début du règne de Hadrien. Proche des deux empereurs, il joue un rôle prépondérant dans l’avènement d’Hadrien mais tombe ensuite en disgrâce.

Il est né à Italica [2], en Bétique [3]. Sa famille est probablement descendante de colons italiens plutôt que d’indigènes. Il devient membre de l’ordre équestre [4] sous Vespasien.

Après la mort d’ Afer en 86, Trajan et Attianus deviennent conjointement les tuteurs d’Hadrien, alors âgé de 10 ans, et de sa sœur aînée Aelia Domitia Paulina .

Il possède des domaines et une villa sur l’île d’Elbe [5], au large de l’Étrurie [6], où une inscription dédiée à Hercule a été retrouvée, ainsi qu’une résidence près de Préneste [7], lieu de villégiature prisé des riches romains dans le Latium [8], et garde probablement de fortes relations en Hispanie [9], sa terre d’origine.

On le sait ami et proche d’Hadrien, dont il a été le tuteur. Il fait partie, avec Lucius Licinius Sura , de ses soutiens lors de sa préture en 104.

On ne sait rien d’autre de la carrière d’Attianus jusqu’à ce qu’il devienne préfet du prétoire à la fin du règne de Trajan, soit conjointement à Servius Sulpicius Similis , soit après que celui-ci a choisi de quitter sa charge immédiatement après sa nomination vers 112/113. Acilius Attianus est alors l’un des fidèles de l’empereur, et probablement l’un de ses plus proches conseillers.

On ignore exactement quand débute sa préfecture du prétoire, mais il l’est en 114 et l’est devenu peu de temps avant ou pendant la campagne contre les Parthes [10], c’est-à-dire entre 112 et 114. Attianus accompagne l’empereur dans ses campagnes en Orient, dont il intègre l’état major, aux côtés du général maure Lusius Quietus .

Il est présent à la mort de l’empereur Trajan en août 117, à Selinus [11], en Cilicie [12], et aide l’impératrice Plotine à régler la succession de son défunt époux. Il est déclaré qu’Hadrien a été adopté et ce dernier est proclamé empereur. Il est possible qu’Attianus ait joué un rôle décisif dans ce choix. En effet, il est souvent présenté comme le principal artisan, aux côtés de l’impératrice, de l’adoption d’Hadrien réalisée dans des circonstances obscures, peut-être même après la mort de Trajan.

Il s’attache ensuite à établir et consolider l’autorité d’Hadrien à Rome, peut-être même dans l’élimination physique de ses opposants.

Ses exécutions ont lieu sur ordre du Sénat. Hadrien, alors en Syrie, nie avoir ordonné les exécutions. Cependant, Hadrien, une fois légitimé à Rome, doit trouver son ex-tuteur trop encombrant et trop puissant. De plus, ces assassinats font beaucoup de tort à sa popularité. Les relations de l’empereur avec son préfet se détériorent.

Hadrien gratifie alors Attianus des ornements consulaires et lui fait intégrer le Sénat. Par cet honneur, il l’oblige à se démettre de son poste de préfet du prétoire, réservé aux chevaliers.

Il reste en disgrâce durant le règne d’Hadrien, et on ne sait plus rien de lui jusqu’à ce qu’il soit, selon l’Histoire Auguste, accusé et proscrit dans la purge de la fin du règne d’Hadrien. Cependant, il est possible qu’il soit décédé entre temps de mort naturelle.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Publius Acilius Attianus/ Portail de la Rome antique/ Sénateur de l’Empire romain

Notes

[1] Le préfet du prétoire (præfectus prætorio) est l’officier commandant la garde prétorienne à Rome, sous le Haut Empire, et un haut fonctionnaire à la tête d’un groupe de provinces, la préfecture du prétoire, dans l’Antiquité tardive.

[2] Italica est une ancienne ville romaine de la province de Bétique située sur la municipalité actuelle de Santiponce (province de Séville, Andalousie, Espagne).

[3] La province romaine de Bétique couvre le sud de l’Espagne, et correspond à peu près à l’actuelle Andalousie. Elle est issue de l’ancienne Hispanie ultérieure, et tire son nom du Baetis, nom latin du fleuve Guadalquivir. C’est une province sénatoriale administrée par un ancien préteur, dont la capitale est Corduba (Cordoue).

[4] Les chevaliers sont un groupe de citoyens de la Rome antique appartenant à l’ordre équestre, sous la Royauté, la République et l’Empire. Choisis par les censeurs, ce sont les plus fortunés (au moins 400 000 sesterces du 2ème siècle av. jc jusqu’au début de l’Empire et les plus honorables des citoyens (en dehors des sénateurs). Cette appartenance pouvait être théoriquement remise en cause à chaque censure. En pratique elle était héréditaire.

[5] L’île d’Elbe est la plus grande île de l’archipel toscan avec 224 km² de superficie. Elle est située entre la Corse et la Toscane, à la frontière entre les mers Ligure et Tyrrhénienne. Elle est séparée de la péninsule italienne par le canal de Piombino, large d’une dizaine de kilomètres. C’est un site protégé par un parc national (parc national de l’archipel toscan, qui comprend aussi six autres îles)

[6] L’Étrurie était le territoire des Étrusques. Il correspond à l’actuelle Toscane, s’étendant durant la période de son expansion maximum, au-delà de l’Apennin tosco-émilien jusqu’à la plaine du Pô et son embouchure, à Hadria, port antique qui donna son nom à la Mer Adriatique. Au sud, le territoire étrusque s’étendait au-delà de Rome, jusqu’à Capoue.

[7] Préneste est une ancienne ville du Latium à 37 km à l’est de Rome. Actuellement nommée Palestrina, la ville était située sur une hauteur stratégique des Apennins.

[8] Le Latium, est une région d’Italie centrale peuplée de plus de cinq millions d’habitants. Sa capitale est Rome. Elle est délimitée par la Toscane, l’Ombrie, les Abruzzes, le Molise, la Campanie et la mer Tyrrhénienne.

[9] L’Hispanie est le nom donné par les Romains à la péninsule Ibérique. Depuis le 15ème siècle l’Hispanie est l’hôte des États modernes espagnol et portugais.

[10] La guerre parthique de Trajan regroupe l’ensemble des campagnes menées par Trajan entre 114 et 117 pour étendre les limites de l’Empire romain en Orient. Elle fait suite à une succession de conflits plus ou moins importants entre Rome et le royaume des Parthes qui se disputent notamment la suprématie sur le royaume tampon d’Arménie. Ces campagnes ont pour conséquences directes l’annexion et la création de provinces éphémères comme l’Arménie et la Mésopotamie. Ces conquêtes sont de courte durée puisqu’elles seront abandonnées par Hadrien, successeur de Trajan.

[11] Gazipaşa est une ville et un district de la province d’Antalya dans la région méditerranéenne en Turquie.

[12] La Cilicie est une région historique d’Anatolie méridionale et une ancienne province romaine située aujourd’hui en Turquie. Elle était bordée au nord par la Cappadoce et la Lycaonie, à l’ouest par la Pisidie et la Pamphylie, au sud par la mer Méditerranée et au sud-est par la Syrie. Elle correspond approximativement aujourd’hui à la province turque d’Adana, une région comprise entre les monts Taurus, les monts Amanos et la Méditerranée.