Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Hoël III de Bretagne

mardi 2 juin 2015

Hoël III de Bretagne

Duc prétendant de Bretagne en 1148-Comte de Nantes de 1148 à 1156

Hoël était considéré par tous comme le fils du duc Conan III et de son épouse Mathilde d’Angleterre dite Maud ou Matilda Fitzroy la fille de Henri 1er Beauclerc.

Sur son lit de mort, au motif qu’il serait illégitime, le duc Conan III aurait refusé de le reconnaître comme son successeur et institué comme seul héritier son petit-fils Conan, fils de sa fille Berthe et de son premier époux Alain de Penthièvre, comte de Richmond [1] et placé le jeune futur duc sous la tutelle du second époux de sa mère Eudon de Porhoët.

Cette présentation des faits semble réductrice. Dans un acte de 1148 Hoël se qualifie de Duc de Bretagne et les évêques de Saint-Pol de Léon [2] en 1149 et de Quimper en 1152 le reconnaissaient comme tel. D’après le “Chronicon Britannicum” [3], il semble qu’Hoël ne se soit incliné qu’après un conflit de quatre ans entre 1149 et 1153 avec son beau-frère Eudon II de Porhoët.

Hoël continue de contrôler le comté de Nantes [4] où il signe encore une charte comme “Britanniæ dux” [5] en 1153. En 1154, Conan IV de Bretagne, désormais en âge d’occuper son trône, entre en lutte contre son beau-père qui a pris goût au pouvoir et s’allie avec son oncle Hoël. Conan, vaincu le premier, se réfugie dans son apanage anglais l’Honneur de Richmond [6] et Hoël subit à son tour une défaite le 16 décembre 1154 près de Rezé [7].

En 1156, Hoël est chassé de son comté par les Nantais qui se donnent comme comte Geoffroy Plantagenêt. On ne connaît pas la date du décès d’Hoël avec qui s’achève la lignée des comtes de Cornouaille [8].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Hoël III de Bretagne/ Portail du duché de Bretagne/ Ducs de Bretagne/ Maison de Cornouaille

Notes

[1] Le titre de comte de Richmond également écrit Richemont a été créé de nombreuses fois dans la pairie d’Angleterre. Le titre ne doit pas être confondu avec l’« honneur de Richmond », qui consiste en la possession effective des terres du comté de Richmond.

[2] Le diocèse de Léon ou évêché de Léon est un ancien diocèse de l’Église catholique en France. Il est un des neuf évêchés de la Bretagne historique. Son territoire s’étendait sur le Pays de Léon, région septentrionale de l’actuel département du Finistère. Il a fusionné en 1790 avec l’évêché de Cornouaille pour former le diocèse de Quimper et Léon. Le siège épiscopal se trouvait à Saint-Pol-de-Léon.

[3] chronologies de Bretagne

[4] Le comté de Nantes faisait partie de la marche établie par les rois Francs à la frontière de la Bretagne indépendante. Durant la première moitié du 8ème siècle, les évêques de Nantes cumulèrent avec le titre de « Comte de Nantes ». Il fut conquis par Nominoë en 851 avec le traité d’Angers. Salomon de Bretagne, par ses conquêtes agrandi les limites territoriales de la Bretagne jusqu’à son expansion maximale. Mais fragilisé par cet immense territoire, ainsi que par les attaques vikings et franques, la Bretagne se replie sur ses fiefs bretons.

[5] duc de Bretagne

[6] L’honneur de Richmond est le nom d’une possession féodale dont la majorité des terres était située au nord-ouest du Yorkshire, et dont le bénéfice avait été accordé au comte breton Alain le Roux par Guillaume le Conquérant, en 1071, à la suite de la conquête normande de l’Angleterre. Cet honneur, qui ouvrait obligation pour le feudataire de fournir 60 chevaliers pour le service de l’ost, était l’un des fiefs les plus importants de l’Angleterre normande, recouvrant près de 243 seigneuries dans onze comtés anglais.

[7] La bataille de Rezé. A l’origine de cette bataille, on trouve le décès du duc Conan III en 1148. Avant de mourir, ce dernier renia comme bâtard, son fil Hoël, destiné à lui succéder. Malgré cela et soutenu par les seigneurs de la région de Nantes et Quimper, Hoël se faisait proclamer comte de Nantes. Endon de Porhoët soutenu par les seigneurs du pays de Rennes et du nord de la Bretagne, époux de Berthe soeur de Hoël, revendiquait lui aussi le trône ducal pour son propre compte et celui de son fils Geoffroy. Berthe, ayant un fils nommé Conan, né d’un premier lit, s’engagea pour ce dernier. Suivant les circonstances, deux à trois partis vont alors se disputer le pouvoir en Bretagne. L’alliance de Hoël avec Berthe est à l’origine de la bataille de Rezé.

[8] La Cornouaille est une ancienne division politique et religieuse de la Bretagne. Connue sous ce nom à partir du haut Moyen Âge, elle a été un comté et un évêché, tous deux disparus comme tels à la Révolution.