Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 1er siècle de notre ère > Sohaemus d’Émèse ou Sohème d’Émese ou de Sophène

Sohaemus d’Émèse ou Sohème d’Émese ou de Sophène

vendredi 9 janvier 2015, par ljallamion

Sohaemus d’Émèse ou Sohème d’Émese ou de Sophène

Roi d’Émèse de 54 à vers 70-Roi de la Sophène de 54 à 63

Les quinze provinces de l'Arménie historique, avec la Sophène à l'ouest.Fils cadet de Sampsigeramus II d’Émèse [1] et d’Iotapé, fille de Mithridate III de Commagène et d’Iotapé. Son frère aîné Aziz, qui a accédé au trône à la mort de leur père, meurt à son tour en 54, et Sohaemus lui succède.

La même année, Néron détache la Sophène [2] de l’Arménie et fait de Sohaemus son roi, jusqu’après 60 probablement jusqu’au traité de Rhandeia [3] en 63, lorsqu’elle retourne à l’Arménie.

Il est également le patron de la colonie romaine de Béryte [4], et dirige Césarée du Liban.

Très proche de Rome, il envoie des troupes lors de la révolte en Judée en 66, prend parti lors de la guerre civile romaine de 68-69, soutient Vespasien, et envoie à nouveau des troupes en appui lors de la déposition d’Antiochos III de Commagène en 72 ou 73.

Dernier roi attesté d’Émèse, il disparaît vers 75, tout comme son royaume, annexé par Rome.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Sohaemus d’Émèse/ Portail du Proche-Orient ancien/ Roi de Sophène

Notes

[1] actuelle Homs en Syrie

[2] La Sophène est un ancien royaume arménien situé dans le sud-est de l’actuelle Turquie. L’annexion de la Sophène en 90 av. jc marque le début de la première vague d’expansion de l’Arménie de Tigrane II. Néanmoins, son alliance avec Mithridate VI du Pont, ses démêlés avec les Romains et les intrigues de son fils Tigrane le Jeune finissent par lui coûter. Face à la pression de Pompée et de ses légions, Tigrane II cède la Sophène à son fils en 66 av.jc. Ce dernier s’y maintient à peine une année. En 54, Néron détache la Sophène de l’Arménie et fait de Sohaemus d’Émèse son roi, jusqu’après 60 (probablement jusqu’au traité de Rhandeia en 63), lorsqu’elle retourne à l’Arménie.

[3] Le traité de Rhandeia est signé en 63 par les Parthes et l’Empire romain, à l’issue d’une guerre arméno-romano-parthe qui avait pris naissance deux ans auparavant. Il est la suite de la défaite que les Romains subirent à la bataille de Rhandeia en 62.

[4] Bérytos ou Béryte est une ancienne cité phénicienne qui correspond à la ville moderne de Beyrouth. Le nom latin de la ville est Berytus, qui provient de l’araméen Biryt. Le latin était la langue officielle de la cité qui fut colonie romaine. La ville se situait sur un promontoire orienté vers le nord face à la mer, et sur un petit territoire montagneux.