Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Diodore de Tarse

lundi 10 novembre 2014, par ljallamion

Diodore de Tarse (330-393/394)

Évêque de Tarse en Cilicie en 378

Essai sur la chaîne de l'Octateuque : avec une édition des commentaires de Diodore de TarseIl fut un des fondateurs de la seconde école d’Antioche [1].Élève de Sylvain de Tarse et d’Eusèbe d’Emèse, il poursuivit ses études à Athènes. De retour à Antioche, il soutint l’évêque anti-arien Mélèce , fonda près de la ville une école catéchétique dans les années 360, il fut exilé en Arménie par l’empereur Valens en 372 et y devint l’ami de Basile de Césarée, puis fut nommé évêque de Tarse à la mort de Valens en 378. Il participa au concile de Constantinople de 381.

Il s’opposa à la christologie d’ Apollinaire de Laodicée et écrivit contre lui un “Contre les synousiates”  [2]. Il enseignait aussi l’apocatastase [3] universelle.

Cent ans après sa mort, il fut condamné comme inspirateur de l’hérésie nestorienne [4] par un synode à Constantinople en 499, une grande partie de son œuvre fut détruite et il ne reste de ses écrits que des fragments.

Ses 2 plus célèbres disciples furent Jean Chrysostome et Théodore de Mopsueste.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Diodore de Tarse/ Portail des chrétiens d’Orient/ Théologien chrétien

Notes

[1] L’école théologique d’Antioche fut une des grandes écoles théologiques des premiers siècles du christianisme. Sa méthode théologique était historico-littérale. Elle s’opposa à l’école théologique d’Alexandrie qui prônait une méthode allégorique. Dans le débat christologique des 4ème et 5ème siècles, l’école d’Antioche s’attacha à souligner la dualité des natures, divine et humaine, dans le Christ. Considérée de tendance nestorienne, l’école perdit de son importance après le concile de Chalcédoine en 451.

[2] c’est-à-dire contre ceux qui ne reconnaissent qu’une seule substance (ousia) ou nature dans le Christ

[3] Le terme apocatastase désigne la restauration finale de toutes choses en leur état d’origine

[4] Doctrine hérétique de Nestorius qui reconnaissait les deux natures du Christ, humaine et divine, mais en niait la consubstantialité ; de ce fait même, l’hérésie niait que la Vierge puisse être appelée « Mère de Dieu ». Malgré sa condamnation par le concile d’Éphèse (431), le nestorianisme gagna la Perse, puis l’Asie, jusqu’à l’Inde et la Chine. Au 12ème siècle époque de son apogée, l’Église nestorienne comptait quelque 10 millions de fidèles. Aujourd’hui, seuls subsistent quelques dizaines de milliers de fidèles, principalement en Iraq et aux États-Unis, la majorité des nestoriens ayant rallié l’Église catholique à partir du 18ème siècle