Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 18ème siècle en France > La bataille de Montenotte le 12 avril 1796

La bataille de Montenotte le 12 avril 1796

jeudi 24 juillet 2014

La bataille de Montenotte le 12 avril 1796

JPEG - 189.2 ko
Le chef de brigade Rampon défend la redoute de Monte-Legino contre les austro-sardes, près de Montenotte le 10 Avril 1796. Huile sur toile de René Théodore Berthon, 1812. Musée de l’Histoire de France, Versailles.

Napoléon Bonaparte est nommé commandant de l’armée d’Italie sur la proposition de Barras maintenant Directeur le 23 février 1796.

C’est Carnot qui, concevant une vaste offensive contre l’Autriche, amène la création de deux armées, l’une d’elles doit porter atteinte aux intérêts autrichiens en Italie. Composée de 37000 hommes, elle est confiée à un général de 28 ans, Napoléon Bonaparte, qui a déjà fait ses preuves lors du siège de Toulon.

Cette armée d’Italie est la section militaire la plus mal entretenue du Directoire. La solde n’est plus payée depuis plusieurs mois, les soldats désertent quotidiennement. Ce rassemblement de miséreux en haillons va pourtant investir l’Italie, écraser l’empire piémontais, briser la Lombardie en 2, défier l’armée du grand Empire autrichien, arriver aux portes de Vienne, envahir Venise, la seul cité d’Italie a n’avoir jamais été envahie Jusque là.

La première victoire de cette épopée a lieu le 9 avril, soit 3 jours avant la bataille. Bonaparte a toujours visé Montenotte, mais il laisse croire à l’ennemi qu’il désire Gênes. Il envoie donc Voltri combattre Beaulieu, général piémontais, à cet endroit. L’avant-garde du général Laharpe est là pour le soutenir. Rampon, avec 1200 hommes résistent aux 10 000 autrichiens à Montenotte, tandis que les autrichiens d’Argenteau se dirigent vers la côte pour des raisons obscures. Masséna finit le travail de préparation, en s’interposant entre les piémontais et les autrichiens, coupant ainsi toutes les communications possibles entre eux.

Le 12 avril, au matin, d’Argenteau attaque Laharpe, sans se douter que Masséna est derrière lui. Par deux fois, le corps autrichien est anéanti, et les piémontais laissent 1/4 de leurs armées sur le champ de bataille. La route d’Arcole est à présent ouverte.

P.-S.

Source : Monique Hermite Historia mensuel - 01/01/2006 - N° 709, Hérodote, Dictionnaire le Petit mourre, encyclopédie Imago Mundi, Wikipédia, Louis XV de François Bluche....