Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 18ème siècle en France > Bataille de Hondschoote les 6 et 8 septembre 1793

Bataille de Hondschoote les 6 et 8 septembre 1793

jeudi 26 septembre 2013, par ljallamion

Bataille de Hondschoote les 6 et 8 septembre 1793

Nicolas Houchard bat les anglais du Duc d’York et libère Dunkerque !

Bataille de Hondschoote, gravure d'Avril d'après Delorge,musée Carnavalet

Après la prise de Condé le 15 juillet et de Valenciennes le 27 juillet, l’armée française sous le commandement de Kilmaine, fut repoussée jusque derrière la Scarpe. Elle s’établit entre Douai et Arras, et la route de Paris semblait ouverte aux armées ennemies. L’armée du nord reçoit des renforts tirés de l’armée de la Moselle, et le 10 août, Houchard remplace Kilmaine à la tête de l’armée. Le 23 août, le duc d’York arrive devant Dunkerque avec 33 000 hommes, laissant Freytag avec 16 000 hommes à Ost-Capell et le prince d’Orange, avec 15 000 hollandais à Menin.

Le général Souham, gouverneur de Dunkerque, secondé par Hoche, oppose une vigoureuse défense, ouvrant les écluses du sud de la place, il inonde tout le pays, coupant ainsi toute communication directe entre le duc d’York et Freytag, et ne laisse plus au premier d’autre retraite que la route de Furnes, c’est à dire une étroite digue située entre la mer et la marais de la Grande Moëre. Houchard avait réuni ses troupes entre Lille et Cassel le 5 septembre, il s’avance par Popéringhe, Houtquerque, Herzeele pour attaquer de front Freytag avec toute son armée, pendant qu’un de ses lieutenants, Hédouville, doit se porter sur Rousbrugge pour inquiéter sa retraite.

Le 6, les français traversent l’Yser et obligent Freytag à se replier successivement sur Bambercque Rexpoëde, Killem et, malgré un vigoureux retour offensif, sur Hondschoote où il se retranche. Le 8, au matin, l’armée française s’avance sur Hondschoote. L’armée d’Hédouville et de Collaud, prit position entre Killem et Beveren, Jourdan le canal de Furnes et Kellem. Les 2 armées française se trouvaient engagées de front, à l’exception du corps de Leclerc, qui avait été détaché pour se glisser le long du Lang-Moor, sur le Flanc droit de l’ennemi.

Jourdan en s’avançant contre Hondschoote, rencontra dans un taillis les tirailleurs hanovriens couvrant la position. Toutes les troupes de l’ennemi se trouvaient concentrées sur une même ligne aux ordres du général allemand Walmoden.

Les ennemis résistent, favorisés par la nature du terrain coupé de digues, de fossés, de haies et de marécages. Enfin, les troupes de Jourdan enlèvent d’assaut les redoutes qui protègent Hondschoote, et l’ennemi est contraint de se replier sur Furnes, après avoir perdu 4000 hommes.

Houchard, toujours indécis, hésite à pousser sur Furnes, donnant ainsi au duc d’York le temps de lever le siège de Dunkerque et de rejoindre Freytag en se retirant le long de la côte.