Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 18ème siècle en France > L’esclavage ne gêne pas grand monde

L’esclavage ne gêne pas grand monde

vendredi 26 juillet 2013, par lucien jallamion

L’esclavage ne gêne pas grand monde

Le Code noir, ou Édit servant de règlement pour le gouvernement et l'administration de la justice, police, discipline et le commerce des esclaves nègres dans la province et colonie de la Louisiane

Le Code noir, ou Édit servant de règlement pour le gouvernement et l’administration de la justice, police, discipline et le commerce des esclaves nègres dans la province et colonie de la Louisiane

Largement abordée par la littérature des Lumières, la question de l’égalité des races resurgit modestement à la Révolution. Même les esprits les plus éclairés restent divisés quant à l’abolition.

Entre 1713 et 1791, 1 million d’esclaves arrivent aux antilles, dont plus de 775 000 à Saint Domingue ou il représentent en 1789, 89 % de la population* (Olivier Grenouilleau l’Histoire N° 353)

Pendant le règne de Louis XVI, l’empire colonial français n’a pas évolué dans ses frontières coloniales. Depuis le traité de Paris de 1763, cet empire s’est considérablement réduit, amputé des possessions dans les Indes orientales à l’exception des comptoirs détenus avant 1749, Chandernagor, Pondichéry, Mahé et Karikal, étapes importantes pour le commerce des produits d’Extrême-Orient. Dans l’océan Indien, l’île de France* (Maurice) et Bourbon* (La Réunion) sont 2 des “îles à sucre” dont la mise en valeur repose sur une petite population de colons planteurs et une masse importante d’esclaves. Aux Amériques, la France a encore la Louisiane et, surtout, de nombreuses îles des Caraïbes dont Saint-Domingue, la « perle des Antilles », la Guadeloupe et la Martinique ainsi que la Guyane.

Les colons sont en relation, d’une part, avec le pouvoir royal auquel ils demandent protection puisque les colonies sont propriétés royales et, d’autre part, avec les grands négociants principalement situés à Nantes et Bordeaux. Ces négociants assurent le commerce du sucre et des autres produits des plantations café et indigo sur les hautes terres de Saint-Domingue. Ils assurent également l’approvisionnement des îles en esclaves appelés « bossales », amenés d’Afrique dans les bateaux de la traite négrière. Le règne de Louis XVI correspond, pour la traite comme pour l’économie sucrière, à son apogée.

Selon les colonies, les problèmes sont évidemment différents. Les Antilles, plus que les îles de l’océan Indien, sont, à la fin de l’Ancien Régime, influencées par l’indépendance des Etats-Unis tout proches. Un sentiment indépendantiste semble poindre chez certains colons et, de l’autre côté du miroir social, des révoltes d’esclaves éclatent sporadiquement à Saint-Domingue ou en Guyane. Certaines îles comme Saint-Domingue ont en effet connu un système de ségrégation raciale qui n’existait pas, par exemple, à la Guadeloupe. Cependant, le règne de Louis XVI voit se développer des problèmes communs à toutes les îles à sucre françaises. La question de l’esclavage, la question raciale, la question du régime commercial. Celles-ci s’inscrivent dans un cadre institutionnel reposant, d’une part, sur le Code noir élaboré en 1685 sous Louis XIV et, d’autre part, sur le principe de l’exclusif commercial, caractéristique du colbertisme, qui limite à la seule métropole les débouchés du commerce colonial en confiant sa gestion à des compagnies telles que la compagnie des Indes occidentales sous Louis XVI. De même que les questions se posent différemment selon les colonies, de même, le cadre peut être interprété différemment en fonction des rapports de la métropole avec chaque colonie, et en fonction des différentes sociétés coloniales. La question de l’esclavage occupe donc une partie importante dans la littérature des Lumières. Voltaire et Bernardin de Saint-Pierre l’évoquent plus ou moins précisément. Une trentaine de cahiers de doléances sur 60 000 demandent même la fin de l’esclavage. La deuxième génération des Lumières, celle des encyclopédistes, propose un éventail de thèses extrêmement varié. D’Alembert est plutôt favorable à l’esclavage auquel Jaucourt est très opposé. Un certain consensus parmi les abolitionnistes existe cependant sur un point. L’abolition doit être progressive parce que les esclaves, comme les enfants en bas âge, les imbéciles ou les fous, sont privés d’un certain nombre de droits naturels, selon Condorcet, et il faut qu’ils évoluent pour acquérir effectivement ces droits.

Ces abolitionnistes, très liés aux libéraux anglais comme Adam Smith, qui dénoncent dans l’esclavage un système moins rentable que le salariat, se dotent en 1788 d’un moyen de pression politique, la Société des amis des Noirs. Sa philosophie est rappelée en février 1790 dans une adresse à l’Assemblée nationale. C’est au nom de la prospérité et du libéralisme qu’après Adam Smith, les Amis des Noirs plaident pour l’abolition, au moins autant que par un souci, très rarement explicite, d’affirmer l’égalité entre Noirs et Blancs. Outre Condorcet, on y retrouve Brissot, le banquier Clavière, Lavoisier, La Fayette. Des hommes qui se rencontrent depuis longtemps dans le cadre de l’Académie voire, au début des années 1780, dans les salons du mesmérisme. Si la plupart d’entre eux sont en contact avec la Cour à différents titres, il ne semble pas que Louis XVI ait prêté un grand intérêt à leur activisme. Cependant, quand Gouy d’Arcy vient demander au roi d’interrompre les activités de la Société des amis des Noirs, celui-ci répond. “Ces pauvres Noirs ont-ils donc des amis en France ? Tant mieux, je ne veux pas interrompre leurs travaux.”

La condition des esclaves fait, par ailleurs, l’objet de quelques améliorations sur les terres exploitées directement pour le souverain. Globalement, celui-ci, peu au fait de ces questions mais sensible aux idées généreuses des Lumières, semble vouloir humaniser le sort des esclaves sans jamais mettre en cause ni le système esclavagiste ni les modalités de la traite négrière.

La question est compliquée par deux variables. La première est démographique, il y a, dans les colonies françaises, une surreprésentation quantitative des esclaves, qu’ils soient nés en Afrique ou créoles. Ce phénomène est particulièrement important à Saint-Domingue où, en 1789.

La situation des esclaves peut varier selon les individus et les colonies. Cependant, elle est, dans les colonies françaises, depuis l’embarquement en Afrique jusqu’aux plantations ou aux fabriques, véritablement épouvantable.

Seconde variable : parmi les hommes libres, un nombre croissant de “libres de couleur”, souvent métis, vient contester parfois la prépondérance économique des Blancs. Leur démographie est très dynamique, bien plus que celle des esclaves nés en Afrique et des Blancs, qu’ils égalent en 1789.

Ils sont eux-mêmes souvent propriétaires d’esclaves et, dans certaines îles comme à la Guadeloupe ou dans les îles de l’océan Indien, peuvent avoir des relations relativement bonnes avec les colons européens. En revanche, à Saint-Domingue, un système ségrégationniste s’est mis en place, fondé sur des théories raciales opportunément constituées. On distingue ainsi les “nègres affranchis” des “libres de couleur”.

La question raciale est donc liée à celle de l’esclavage. Le “préjugé de couleur” apparaît dans certaines sociétés coloniales et, au premier chef, à Saint-Domingue, contre le Code noir qui ne fait pas de distinction entre les différents “sujets libres du roi de France”, blancs ou noirs. Sans doute cette évolution est-elle un moyen de pallier la progression démographique des populations noires et métissées, susceptible de menacer la prééminence blanche. Il semble en effet que dans les sociétés où le ratio Blancs/gens de couleur n’est pas trop déséquilibré, comme à la Guadeloupe, le « préjugé de couleur » s’impose moins radicalement. Juste avant l’avènement de Louis XVI, quatre catégories sont élaborées dans la Perle des Antilles. Les Blancs, les quarterons, les mulâtres et les nègres, en fonction de la généalogie. Le droit localement institué, sans l’aval du pouvoir royal, à Saint-Domingue, est clairement établi ensuite à la Guadeloupe et en Martinique en 1787 ainsi que dans les îles de l’océan Indien. Interdits d’exercer certaines fonctions dans les îles, nombre de mulâtres aisés se réfugient en France et s’intègrent aux élites roturières. Louis XVI autorise d’ailleurs en 1784 le mulâtre Julien Raimond à rencontrer son ministre De Castries qui écoute avec intérêt mais sans suite ses revendications. Julien Raimond, dans ces conditions, ne peut même pas retourner à Saint-Domingue.

Les théories raciales trouvent un écho y compris chez les esprits les plus éclairés. Condorcet aurait demandé que l’article 1 de la Déclaration des droits de l’homme précise : Tous les hommes blancs naissent et demeurent libres et égaux en droit. Au début de la Révolution française, la réflexion est beaucoup moins avancée quant à l’égalité des races en France que dans le monde anglo-saxon. Même si le préjugé racial reste autonome parmi les populations blanches des colonies françaises, il se développe, en tout état de cause, parallèlement en métropole. Cependant, dans les colonies, il a comme conséquence très nette le marronnage, la fuite des esclaves, temporaire ou définitive. Des communautés de marrons se créent, en Guyane, dans les mornes de la Martinique et de la Guadeloupe et dans les hautes terres de Saint-Domingue. Là, apparaît à partir des années 1760 l’espoir d’un retour de Macandal, l’esclave qui avait soulevé l’île et que les colons avaient capturé et tué en 1758.

En réalité, la question commerciale commande largement les choix en matière d’esclavage et de préjugé racial. Elle est indissociable du débat théorique opposant les libéraux Turgot, Brissot, Clavière... aux partisans du colbertisme très représentés parmi les négociants, Nairac de Bordeaux et les officiers du roi Malouet, qui dirige successivement Saint-Domingue et la Guyane. Elle a des implications suffisamment fortes pour conditionner quasi exclusivement les choix coloniaux des gouvernements qui se succèdent de 1774 à 1792. La croissance du commerce colonial français a été remarquable au 18ème siècle, entre 1716 et 1788, + 368 % pour les exportations de la France vers les Antilles ; + 784 % pour les importations des Antilles vers la France. La plupart de ces importations, soit un peu plus des trois quarts, sont réexpédiées vers l’Europe.

Ce commerce est encadré par le principe de l’exclusif. La Compagnie française des Indes, pour assurer cet exclusif dans l’océan Indien, dispose encore, en 1780, de 25 vaisseaux de ligne. Elle assure principalement le développement de l’île Bourbon et de l’île de France. Or, en particulier dans les Antilles, cet exclusif est remis en cause par les colons. En effet, ceux-ci souhaitent pouvoir commercer librement, notamment avec les Etats-Unis, et protestent contre la concurrence, devenue inégale, qui leur est faite par les colonies anglaises, voire espagnoles, dans lesquelles cet exclusif a été abandonné au profit du système de libre-échange. Les colons sont donc en conflit avec les négociants de la métropole dont ils dépendent pour l’approvisionnement en esclaves et, à Saint-Domingue par exemple, ils protestent contre le pouvoir monarchique qui maintient le verrou de l’exclusif. A l’image des colons anglais aux Amériques, ils commencent même à revendiquer l’indépendance. C’est le cas en mai 1790, quand une assemblée centrale de Saint-Domingue vote une constitution. Aussi les gouvernements de Louis XVI, sensibles aux thèses libérales, sont-ils contraints de desserrer cet étau : par des mesures ponctuelles dès les années 1780, puis de façon plus large après la signature du traité de libre-échange avec l’Angleterre en 1786.

La capacité du roi à orienter les choix coloniaux devient très limitée à partir de 1789. Son règne “constitutionnel” est donc, en la matière, encore plus passif que son règne “absolu”. Les débats ne manquent pourtant pas, et ce dès l’ouverture des états généraux. En effet, comme les colonies de 1789 n’existaient pas en 1614* [dernière réunion des états généraux par Catherine de Médicis], la question de leur représentation est clairement posée. Pour une part importante de l’opinion politique, les colonies ne doivent être représentées que par deux députés des sujets libres. Les négociants, en particulier, poussent dans ce sens, mais aussi les Amis des Noirs, soucieux de ne pas voir siéger un groupe compact de colons. Ces derniers revendiquent une représentation proportionnelle à leur nombre. Finalement, six représentants des colons siègent aux états généraux puis à la Constituante.

Très vite cependant, ces colons trouvent des alliés inattendus parmi les représentants des négociants et se regroupent avec eux dans le club Massiac. Celui-ci est, grâce au très influent Malouet, un lobby très efficace pour empêcher que les Amis des Noirs, Mirabeau compris, puissent présenter leur rapport favorable à l’émancipation des esclaves. Le 8 mars 1790, les colonies, réparties en départements, sont dotées d’assemblées coloniales où seuls les Blancs sont électeurs et éligibles. Alors que les tensions avec l’Angleterre se ravivent dans la mer des Caraïbes, la Constituante confirme pour les colonies la règle de l’exclusif, contrairement à l’esprit libéral de la plupart de ses décisions.

Les Amis des Noirs obtiennent que les droits civiques soient accordés aux mulâtres libres, le 15 mai 1791. Deux jours auparavant, Robespierre a obtenu que l’esclavage soit exclu du texte constitutionnel comme contraire à la Déclaration des droits de l’homme. Cependant, cette orientation est éphémère : la nouvelle de la révolte des esclaves de Saint-Domingue qui éclate en août 1791 rend au club Massiac toute son influence, et l’un des derniers débats de la Constituante aboutit à l’annulation du décret du 15 mai précédent.

Avant la chute de la monarchie, la question de l’esclavage n’est plus abordée. La conséquence est l’apparition d’une nouvelle solidarité. Désormais, les libres de couleur, les esclaves et les marrons sont tous considérés comme inférieurs au droit commun des hommes de la nation. De cette ségrégation naîtra la révolte des esclaves de Saint-Domingue, matrice de l’indépendance d’Haïti, et la première abolition de l’esclavage, immédiate et sans concession, promulguée par la Convention le 5 février 1794.

Esclavage en Martinique de 1787 à 1794

JPEG - 38.1 ko
Jean-Baptiste Belley député Montagnard durant la Révolution française et membre du Club des Jacobins

De 1787 à 1788, la Martinique sert de point de passage du ravitaillement en armes des insurgents américains contre les Anglais. Rochambeau, qui a commandé aux USA, est envoyé comme gouverneur de la Martinique au début de la révolution. De 1789 à 1790, Les Anglais essayent d’occuper l’île et Rochambeau mobilise les milices pour résister et incorpore des esclaves dans ses troupes en leur promettant la liberté s’ils se comportent comme des soldats. Comme pendant la révolution il est impossible d’exporter les sucres vers la France en pleine guerre révolutionnaire et d’importer la nourriture nécessaire en particulier aux esclaves, ces derniers doivent se débrouiller eux-mêmes pour planter ce qu’ils vont manger. La pression des maîtres sur eux diminue.

En 1793, à la suite des pressions organisées par la société des amis des noirs et d’humanistes comme l’Abbé Grégoire, la convention proclame l’abolition de l’esclavage.

La Martinique ne reconnaîtra pas l’abolition contrairement à la Guadeloupe car le groupe de colons mené par Dubucq va être occupé par les Anglais. En Janvier 1794 : Les républicains acceptent de faire appliquer plus franchement la loi égalitaire votée en mars 1792 par la législative. La majorité des libres de couleur change de camp, pendant que leurs anciens alliés négocient la remise de l’île à l’Angleterre. Après la capitulation de mars 1794, les défenseurs de la République sont déportés par les anglais. L’abolition de l’esclavage, votée par la Convention le 4 février 1794, est restée sans effet à la Martinique du fait qu’elle appartienne aux anglais.

C’est la différence avec la Guadeloupe où l’esclavage a été aboli au temps de Victor Hugues, commissaire de la République. L’esclavage y sera rétabli le 19 mai 1802 sous le règne de Napoléon 1er.

P.-S.

Source : Monique Hermite Historia mensuel - 01/01/2006 - N° 709, Hérodote, Dictionnaire le Petit mourre, encyclopédie Imago Mundi, Wikipédia, Louis XV de François Bluche....