Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 15ème siècle > Procope le Grand dit le Tondu ou le Chauve

Procope le Grand dit le Tondu ou le Chauve

dimanche 18 novembre 2012, par ljallamion

Procope le Grand dit le Tondu ou le Chauve (vers 1380-1434) Prédicateur hussite

Il devient après la mort de Jan Žižka hetman des armées hussites. La famille de Procope fait partie de la bourgeoise de Prague. Après la mort de son père il est adopté par son oncle Jan de Cách, un des plus riches patriciens de la ville qui possède le château de Jenštejn où Procope passe son enfance. L’oncle lui assura également une solide éducation complétée par des séjours à l’étranger en Espagne, France, Italie et à Jérusalem. Procope termina ses études universitaires et se tourna vers la carrière ecclésiastique.

Il adhère dès ses débuts à la révolution hussite sous la bannière de Jan Zelivsky. Puis il suit Jan Žižką à Plzen et à Tabor. Il fait partie tout d’abord des Hussites les plus radicaux, les Picards, adopta toutefois à partir de 1420 des idées plus modérées. Il se détacha rapidement des controverses religieuses, adopta un mode de vie sans excès, mais loin de l’ascétisme extrême de certains hussites. Il devient un guide spirituel du mouvement taborite, également diplomate et politique.

Les Hussites ont du mal à trouver un commandant militaire successeur à Jan Žižka. Procope prend en 1425 le commandement militaire de quelques petites expéditions. A partir de 1426 il devient commandant des Taborites.

A ce titre il travaille en collaboration avec les Orphelins et les Utraquistes pragois. Ayant réussi à réunir les 3 composantes du mouvement hussite, il obtient sa première grande victoire militaire lors de la bataille d’Usti en juin 1426. A partir de 1426, les armées hussites franchiront souvent les frontières dans des expéditions de plus en plus lointaines.

C’est grâce à cette stratégie politico-militaire que les Hussites finissent par contrôler tout le territoire de la Bohême, unifiant les différentes tendances hussites, il inflige aux féodaux des défaites à de nombreuses reprises aux cours des 3ème et 4ème croisades. Pour une 5ème croisade les chevaliers féodaux mobilisèrent leur plus grande armée, mais lorsqu’ils aperçurent au loin les paysans hussites en marche, ils battirent en retraite.

Les succès diplomatiques ainsi que les succès militaires de Procope en Hongrie, Autriche, Allemagne, Lusace et Silésie obligèrent les souverains catholiques d’Europe occidentale à négocier avec les Hussites. Le risque d’expansion du mouvement dans les pays voisins devenait de plus en plus important.

Procope n’est pas un commandant d’armée ordinaire du fait de son statut de prêtre. Il ne prenait pas directement part au combat. Mais c’est un excellent stratège formé à l’école de Jan Žižką. De janvier à avril 1433 il est à la tête de la délégation hussite au Concile de Bale. Il perd brièvement son statut de commandant en chef, qu’il retrouve en 1434. Il participe à la fratricide bataille de Lipany, aux côtés des Taborites contre les forces unies des Utraquistes modérés et des Catholiques, ces derniers étant partisans d’une paix de compromis. Il y trouve la mort.