Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 17ème siècle > Jean Nicollet ou Nicolet

Jean Nicollet ou Nicolet

mardi 6 novembre 2012

Jean Nicollet ou Nicolet (vers 1598-1642)

Jean Nicollet ou Nicolet

Fils de Thomas Nicollet et de Marguerite de la Mer. En 1618, à 19 ans, il fait partie des 28 hommes qui rejoignent la Nouvelle-France. Arrivé au Canada, il partit le 14 juillet pour l’Île aux Allumettes, en amont du St Laurent et de l’Outaouais. Il résida 2 ans chez les Algonquins, apprit leur langue et le dialecte huron. La confiance qu’il inspira aux Indigènes le désigna pour traiter avec eux.

En 1620, Champlain l’envoya sur le Haut Outaouais et le lac Nipissing afin de contrer les Anglais de la baie d’Hudson. Il y passa 9 ans et y eut une fille. A partir de 1624, il devient un interprète reconnu, un intermédiaire privilégié entre les colons venus d’Europe et les Amérindiens, ce qui lui confère déjà un réel prestige. Il fit des expéditions dans la baie Georgienne.

En 1629, des bretons au service de l’Angleterre, les frères Kirke de Dieppe, prennent le poste de Québec, au nom du roi anglais. Il fait partie des rares Français qui restèrent au Canada, réfugiés à l’intérieur des terres chez leurs amis Amérindiens pendant les 3 années que durera cette occupation. La fidélité des Amérindiens les aida à contrarier les efforts anglais pour remonter le fleuve.

En juillet 1632, Québec étant revenu à la France, par le Traité de Saint-Germain-en-Laye, Nicollet et son ami Le Tardif furent nommés au siège de la Compagnie.

En été 1634, il partit avec 7 Hurons vers le Sault Sainte-Marie, suivit la rive ouest du Michigan (certains disent du lac Supérieur..), visita Chekakou*, la rivière des Illinois, remonta et, par la baie Verte ou des Puants, fit une entrée chez les Winnebagos. Il remonta la rivière aux Renards, reconnut celles des Ouisconsins. Ses indicateurs lui annonçant qu’il était à 3 jours de la Grande Eau, il crut être à 3 jours du Pacifique. Rentré en 1635 à Québec, il avait ouvert le cœur du continent nord-américain aux Français. Il périt noyé dans le Saint-Laurent le 27 octobre 1642. Jolliet, Marquette et Cavelier de La Salle poursuivirent son ouvrage.

Répondre à cet article