Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 300 av.jc à 100 av. notre ère > Démétrios II de Macédoine dit Démétrios II Etolicos

Démétrios II de Macédoine dit Démétrios II Etolicos

jeudi 28 juillet 2011

Démétrios II de Macédoine dit Démétrios II Etolicos (vers 275-vers 228)

Fils d’Antigone II Gonatas. C’est un homme mûr quand il succède à son père. La succession se fait sans opposition et il est probable que Démétrius II exerçait des responsabilités importantes depuis quelques années déjà. Au début de son règne, il doit faire face à la puissance grandissante des Étoliens qui continuent de contrôler les Thermopyles et donc la voie terrestre vers le Sud depuis la Thessalie. La Macédoine ne contrôle plus la Péonie, indépendante, ni la Thrace sous contrôle partiel des Lagides. Au Sud en revanche, elle continue de contrôler la Thessalie, l’Eubée au moins indirectement, l’Attique, mais a perdu la Béotie. Dans le Péloponnèse, les tyrans de Mégalopolis, Argos, Hermione et Phlionte lui sont favorables.

En 240, les ligues étoliennes et achéennes font la paix et sont bientôt en guerre avec la Macédoine. Il a renforcé ses relations avec l’Épire en épousant la fille d’Alexandre et petite-fille de Pyrrhus, et d’Olympias, régente depuis la mort d’Alexandre, Phthia. Cette alliance proposée par l’Épire a pour but de contrer une attaque étolienne en Acarnanie. L’épouse précédente de Démétrius, Stratonice, la sœur d’Antiochos, s’était enfuie en Syrie à une date mal déterminée. L’alliance matrimoniale fut acceptée par Démétrius probablement en raison de la paix entre les 2 Ligues qui le rendit prêt à rompre l’alliance macédonienne avec l’Étolie.

La guerre dite guerre démétriaque éclate probablement en 239 mais le détail des opérations est difficile à déterminer.

En 236, il envahit la Béotie sous domination étolienne, et remet aux athéniens le contrôle des forteresses où étaient postées des garnisons macédoniennes. Il s’agit non seulement d’enlever la Béotie aux Etoliens, mais aussi de libérer l’Attique de la menace d’une attaque étolienne via la Béotie, et de confier la défense de l’Attique aux Athéniens eux-mêmes. Aratos et les Achéens poursuivent en effet depuis la mort d’Antigone leurs raids en Attique depuis la Mégaride. Parallèlement, Aratos fait plusieurs tentatives contre Argos, en vain, en 235 la ville reste sous influence macédonienne, mais le tyran Aristippus est tué par les Etoliens, son frère Aristomaque lui succède.

Mais Aratos enregistre un succès important lorsque le tyran de Mégalopolis Lydiades négocie son abdication en 235 et l’incorporation de Mégalopolis dans la ligue achéenne. C’est un revers important pour la Macédoine qui perd là le principal obstacle dans le Péloponnèse à la domination achéenne, mais d’un autre côté toute ambition macédonienne dans la région était compromise tant que Corinthe était aux mains des Achéens. À long terme, l’intégration de Mégalopolis dans la ligue achéenne allait même nuire à cette dernière en lui attirant l’hostilité de Sparte, dont le nouveau jeune roi Cléomène III allait bientôt s’opposer aux Achéens.

La Macédoine remporte une victoire contre Aratos vers 233 et ce dernier effectue un nouveau raid en Attique.

Les fils d’Olympias, Pyrrhus et Ptolémée, succèdent à faible intervalle et pour une courte période à leur mère, mais meurent rapidement, comme elle, s’ouvre alors une crise de succession pour la monarchie éacide, dont les 2 derniers représentants sont 2 filles d’Olympias, Néréis mariée au tyran Gélon de Syracuse, et Deidamia. Cette dernière essaie de s’opposer à des chefs populaires qui veulent en finir avec la monarchie, mais est tuée.

Une république est établie en Épire, qui ne parvient pas à s’imposer à l’ensemble du royaume éacide. Ambracie et Amphiloque font sécession et rejoignent la ligue étolienne. La chute de la monarchie épirote encourage les Etoliens à attaquer l’Acarnanie qui appelle Démétrius à l’aide. Celui-ci paie alors Agron, un roi illyrien, pour venir à leur aide, l’armée illyrienne repousse les Étoliens en 231 et ravage l’Élide et la Messénie, mais au retour s’empare de Phoinikè, tandis qu’une seconde armée illyrienne envahit l’Épire.

En 229, une nouvelle armée illyrienne ravage les cités de la côte épirote, défait une flotte achéenne et étolienne à Paxos, et prend Corcyre où est placée une garnison illyrienne. Mais parallèlement les Illyriens ont attiré l’attention de Rome et la première guerre illyrienne en 228 se termine par leur défaite. Les Romains envoient ensuite des ambassades auprès des ligues, de Corinthe et d’Athènes, et participent aux jeux Isthmiques de 228.

Les mouvement dardaniens n’affectèrent pas seulement l’Illyrie, la Macédoine fut également envahie et Démétrius mourut au combat. Il laissait un fils en bas âge, Philippe, qu’il avait eu de la princesse épirote Phthia.