Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Jean Petit

dimanche 15 mars 2015, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 19 août 2012).

Jean Petit

Assassinat du duc Louis d'Orléans. (Enluminure du Maître de la Chronique d'Angleterre, vers 1470 ?-1480 ? (BnF))Cordelier [1] de la province de Normandie, docteur de la Faculté de théologie de Paris. Il joua un rôle dans les affaires du schisme que traversèrent à cette époque l’Eglise et figura avec éclat dans l’ambassade envoyée en Italie en 1407 pour la pacification de l’Église partagée entre Grégoire XII et Benoît XIII.

Chargé par Jean sans Peur duc de Bourgogne de présenter sa justification pour le meurtre du duc d’Orléans, il le fit le 8 mars 1408 à l’hôtel St Paul, en présence du Dauphin, des princes du sang, comtes, barons, docteurs, clercs, etc... Son sermon fut une longue apologie du tyrannicide, il soutint que le duc d’Orléans avait été un tyran, criminel de lèse-majesté et traître au roi, et conclut que celui qui l’avait tué devait être récompensé. Gérard de Montaigu, évêque de Paris, condamna cette doctrine comme hérétique, en 1414. Le concile de Constance l’anathèmisa en 1415. Enfin, le roi fit prononcer par le Parlement un arrêt contre le pernicieux libelle et l’Université le censura.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Historia/ Schisme église catholique

Notes

[1] Les Cordeliers est le nom que prirent les franciscains établis en France. Leur nom leur aurait été attribué par Jean de Beauffort lors de la septième croisade. Cette appellation remonte à saint Louis. Pendant la croisade de 1250, le roi ayant remarqué des religieux très combatifs envers les Sarrasins, demanda leur nom. On lui répondit qu’ils étaient « de cordes liés » (cordeliers). En effet, ces moines portaient sur leur robe de bure brune ou grise, une grosse corde, armée de nœuds de distance en distance, qui tombait presque jusqu’à leurs pieds et d’un capuchon court et arrondi. Ils appartenaient à l’Ordre des Frères mineurs, appelés encore Franciscains, fondé par saint François d’Assise, et confirmé par le pape Honorius III en 1223.