Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

John Chandos

mardi 2 novembre 2021, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 5 août 2012).

John Chandos ou Jean Chandos

Homme de guerre anglais

Sir John Chandos est le descendant des seigneurs qui suivirent Guillaume le Conquérant en Angleterre. Son nom proviendrait du village de “Candos” dans le département de l´Eure‚ près de Rouen.

Très jeune‚ il était déjà connu pour sa bravoure. Présent au siège de Cambrai [1]‚ en 1337‚ il devient conseiller du roi d’Angleterre‚ chargé de la formation militaire du dauphin Edouard‚ le futur “Prince Noir”. Il fut l’un des plus habiles capitaines de la guerre de Cent ans. Nommé par Edouard III lieutenant général des provinces conquises en France, il négocia la paix de Brétigny [2].

Lorsque Edouard III érigea l’Aquitaine [3] en principauté en faveur de son fils, le prince de Gales, Chandos devint son connétable en 1361 et reçu en don la place de Saint Sauveur-le vicomte [4]. A ce titre‚ il reconstruisit un grand nombre de places fortes parmi lesquelles Niort en 1362.

En 1369‚ il est nommé sénéchal [5] du Poitou [6] et s’installe à Poitiers [7]. Il fit prisonnier Du Guesclin à la bataille d’Auray en 1364 [8] et à celle de Navarette en Espagne en 1367 [9], mais demanda lui-même sa libération.

John Chandos ne pouvait voir sans une certaine “contrariété” les Français reprendre pied dans sa province. En effet‚ Jean de Kerlouet et Louis de Saint Julien seigneur de la Trimouille [10] avaient repris Lusignan [11]‚ la Roche-Posay‚ et Saint-Savin‚ à quelques lieues de Poitiers.

Il décida donc de reconquérir l’abbaye de Saint-Savin [12] par surprise et de nuit. Mais‚ se croyant repérée‚ la troupe rebroussa chemin en passant par Chauvigny puis en longeant la Vienne jusqu´au pont de Lussac. Les Français‚ sans se douter de leur présence‚ avaient décidé de suivre le même trajet pour harceler d´éventuelles troupes anglaises. Les adversaires se rencontrèrent au pont de Lussac [13] où le combat s’engagea.

Il fut mortellement blessé au combat et mourut le 1er janvier 1370. John Chandos était non seulement un grand homme de guerre à l´instar de Du Guesclin‚ mais aussi un administrateur habile et un sage politique. Il fut enterré dans l´église de Morthemer [14].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Nicolas Savy, « The Chevauchée of John Chandos and Robert Knolles : Early March to Early June, 1369 », Journal of Medieval Military History, Boydell Press, vol. 7 « The Age of the Hundred Years War »,‎ 2009

Notes

[1] Cambrai est une commune française située dans le département du Nord, Vers la fin de l’Empire romain, Cambrai remplace Bavay comme « capitale » de la cité des Nerviens. Au début de l’époque mérovingienne, Cambrai devient le siège d’un vaste évêché s’étendant sur toute la rive droite de l’Escaut et le centre d’une petite principauté ecclésiastique qui dépendra du Saint Empire romain germanique jusqu’à l’annexion à la France en 1678. Fénelon, surnommé « le Cygne de Cambrai », en fut le plus illustre des archevêques.

[2] Le traité de Brétigny est conclu le 8 mai 1360, au château de Brétigny, (un hameau dépendant de la commune de Sours près de Chartres), entre les plénipotentiaires du roi Édouard III d’Angleterre et ceux de Charles, fils du roi Jean II de France Le 24 octobre 1360, les rois Jean II et Édouard III, accompagnés de leurs fils aînés, ratifient cet accord à Calais ce qui permet une trêve de neuf ans dans la guerre de Cent Ans.

[3] L’Aquitaine est le nom donné depuis au moins le 1er siècle av. jc à une région ancrée sur la façade Atlantique et le versant nord des Pyrénées. En 507, Clovis, appelé par les évêques de Novempopulanie, l’intègre au royaume des Francs, en battant Alaric II, roi des Wisigoths, à la bataille de Vouillé. 671 voit l’indépendance de l’Aquitaine, dirigée par le duc Loup 1er de Vasconie. Entre 719 et 732, les ducs Eudes et son fils Hunald 1er détiennent l’Albigeois où ils ont des biens. Eudes combat les Sarrasins en Albigeois. En 721, le duc Eudes bat le Califat omeyyade à la Bataille de Toulouse. 732 voit la défaite du duc d’Aquitaine et l’invasion de la Vasconie par l’émir Abd el Rahman, arrêté à la bataille de Poitiers par Charles Martel, qui commence la réunion de l’Aquitaine sous contrôle des Vascons au royaume franc. 742 et 743 voient les campagnes des fils de Charles Martel, Carloman et Pépin le Bref, contre l’Aquitaine et la Vasconie (et la Bavière). Entre 760 et 768, Pépin le Bref entreprend chaque printemps des expéditions sanglantes contre le duc Waïfre, fils d’Hunald 1er. Le 2 juin 768, ce dernier est finalement tué par un des siens, Waratton, sur ordre de Pépin. En 778, l’armée de Roland, piégée par le wali de Saragosse, a été défaite par les Vascons dans les montagnes basques de Roncevaux en revenant de Pampelune. Puis Charlemagne crée en 781 pour son fils Louis le Débonnaire alors âgé de 3 ans, le royaume d’Aquitaine englobant les territoires du Rhône à l’Atlantique.

[4] Le château de Saint-Sauveur-le-Vicomte est un ancien château fort, de la fin du 10ème siècle ou du début du 11ème siècle, dont les vestiges se dressent sur la commune française de Saint-Sauveur-le-Vicomte dans le département de la Manche. Il fut le centre de la seigneurie éponyme.

[5] Un sénéchal est un officier au service d’un roi, prince ou seigneur temporel. Le mot sénéchal est d’origine francique et est issu du germanique commun sini-skalk, qui signifie « doyen des serviteurs, chef des serviteurs ». Il peut être aussi, comme dans le Saint-Empire romain germanique, au service d’une abbaye, souvent immédiate, où cette fonction devient un titre honorifique héréditaire par la suite. Il existait plusieurs rangs de sénéchaux, sans lien juridique entre eux, dans les institutions féodales européennes d’origine médiévale.

[6] Le Poitou était une province française, comprenant les actuels départements de la Vendée (Bas-Poitou), Deux-Sèvres et de la Vienne (Haut-Poitou) ainsi que le nord de la Charente et une partie de l’ouest de la Haute-Vienne, dont la capitale était Poitiers. Il a donné son nom au Marais poitevin, marais situé dans l’ancien golfe des Pictons, sur la côte occidentale de la France, deuxième plus grande zone humide de France en superficie après la Camargue ; le marais s’étend de l’Atlantique aux portes de Niort et du sud de la Vendée au nord de La Rochelle.

[7] Poitiers est une commune du Centre-Ouest de la France, préfecture du département de la Vienne. Profitant de la faveur royale et de la présence de nombreux érudits parisiens exilés, Poitiers obtient la création d’une université en 1431. Elle compte 4 000 étudiants à la fin du 15ème siècle. Parmi la douzaine d’Universités ouvertes dans l’équivalent de la France actuelle, elle fut suffisamment renommée pour accueillir et former des esprits brillants tels que Descartes, François Rabelais, Joachim du Bellay ou Pierre Ronsard. La ville s’assoupit à la Renaissance. De fait, peu de changements ont lieu dans le tissu urbain, à part le percement de la rue de la Tranchée, et la construction de ponts qui remplacent les anciens gués. Quelques hôtels particuliers datent de cette époque : hôtels Jean-Baucé, Fumé, Berthelot, notamment. La ville tire sa prospérité essentiellement de ses fonctions administratives : justice royale, évêché, monastères, et l’intendance et le Bureau des finances de la généralité du Poitou.

[8] La bataille d’Auray du 29 septembre 1364 est la dernière bataille de la guerre de Succession de Bretagne, guerre régionale qui s’inscrit dans la rivalité franco-anglaise de la guerre de Cent Ans. Elle oppose une armée anglo-bretonne aux ordres de Jean III de Montfort à une force franco bretonne soutenant le parti de Charles de Blois

[9] La bataille de Nájera (parfois appelée bataille de Navarrete) eut lieu le 3 avril 1367, pendant la première guerre civile de Castille. En application du traité de Libourne signé avec Pierre le Cruel et Charles le Mauvais, le Prince Noir pénètre par la Navarre en Castille avec son armée et la certitude de remporter la victoire sur les troupes franco castillanes. Bertrand Du Guesclin possède l’expérience nécessaire pour vaincre le Prince Noir : il l’avait combattu déjà à plusieurs reprises, il connaît parfaitement la valeur des tactiques employées par le prince de Galles. De plus se trouve à ses côtés Arnoul d’Audrehem, qui participa à la bataille de Poitiers où il fut fait prisonnier.

[10] La Trimouille est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne

[11] Lusignan est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne

[12] L’abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe est située à Saint-Savin dans le département de la Vienne. Elle abrite un ensemble de peintures murales romanes très complet, bien conservé et unique en Europe. La guerre de Cent Ans sonna le glas de la prospérité du monastère qui changea plusieurs fois de main (Anglais, Français, le Prince Noir). En 1371, le Prince Noir met à feu et à sang le monastère.

[13] Lussac-les-Châteaux est une commune du centre-ouest de la France, située dans le département de la Vienne

[14] Valdivienne est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne