Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 11ème siècle > Étienne 1er de Hongrie ou Saint Étienne 1er de Hongrie

Étienne 1er de Hongrie ou Saint Étienne 1er de Hongrie

lundi 28 décembre 2015 (Date de rédaction antérieure : 24 novembre 2011).

Étienne 1er de Hongrie ou Saint Étienne 1er de Hongrie (vers 969-1038)

Premier roi de Hongrie de 1001 à 1038

Fils de Géza, duc des Magyars [1], il fut baptisé en 985 en même temps que son père, auquel il succéda en 997. Il épouse la fille du duc Henri II de Bavière, Gisèle, également considérée comme sainte, fin 995 ou début 996, puis devint duc des Magyars à la mort de son père en 997.

Après avoir maté une révolte de l’aristocratie magyare païenne conduite par le chef Koppany en 998, il fut sacré roi de Hongrie le jour de Noël de l’an 1000 avec une couronne envoyée par le pape Sylvestre II et avec le consentement de l’empereur germanique Otton III.

Il défend l’indépendance de la Hongrie contre les Bulgares voisins et l’empereur germanique Conrad II le Salique et se déclare vassal du Saint-Siège.

Il s’employa à la christianisation de la Hongrie en appelant des missionnaires étrangers et en modelant son gouvernement sur l’exemple franc.

Il crée des archevêchés, Kalocsa [2] et Esztergóm [3] et 8 évêchés. Il abolit le système tribal de son peuple et transforme les territoires des clans en comtés, basés autour d’une place forte et ayant à leur tête un ispan [4]. Les deux tiers de la population et des terres dépendent ainsi directement du roi, qui fait de grandes donations aux églises et aux monastères. Le roi et sa cour se déplacent dans les résidences royales, en particulier les forteresses d’Esztergom et Székesfehérvár [5]. Il gouverna avec l’aide d’un Conseil, composé entre autres de l’archevêque d’Esztergom et du palatin.

Á la mort de son fils et unique héritier Émeric en 1031, il fait crever les yeux et plomber les oreilles de son cousin Vazul , prince aîné de la dynastie arpadienne, et exiler ses fils en Pologne pour les évincer de la succession. Il désigna comme héritier Pierre, le fils vénitien de sa sœur.

Il meurt le 15 août 1038. La Hongrie connaît alors un demi-siècle de troubles provoqués par la lutte pour le pouvoir, les différents prétendants au trône faisant appel aux empereurs byzantins ou aux empereurs germaniques.

Bien que son œuvre ait été en partie détruite par ses successeurs, il est le fondateur de l’Etat hongrois et des traditions chrétiennes de la Hongrie. Il fut canonisé en 1083 avec son fils Saint Emeric

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de histoire de Étienne Ier de Hongrie/Encyclopédie universelle Imago Mundi/ Le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 432:Gyula Kristo Histoire de la Hongrie Médiévale Tome I le Temps des Arpads Presses Universitaires de Rennes (2000)(ISBN 2-86447-533-7).

Notes

[1] Les tribus magyares forment le cadre politique du peuple magyar jusqu’à son installation dans le bassin des Carpates et la fondation de la grande principauté de Hongrie après 895.

[2] Kalocsa est une ville du comitat de Bács-Kiskun, en Hongrie Elle est située sur la rive gauche du Danube, à 68 km au sud-ouest de Kecskemét et à 109 km au sud de Budapest. Siège de l’un des deux archevêchés créés au début du 11ème siècle par le roi Étienne 1er de Hongrie, la ville connut son apogée au 15ème siècle avant d’être totalement incendiée pendant l’occupation ottomane.

[3] Esztergom est une ville hongroise, située dans le comitat de Komárom-Esztergom, à la frontière entre la Slovaquie et la Hongrie. Elle a joué un rôle très important dans l’histoire hongroise. Esztergom fut la capitale de la Hongrie du 10ème au 13ème siècle. Elle possède la plus ancienne communauté juive de Hongrie, attestée pour la première fois au 11ème siècle. La communauté a vécu dans un quartier fermé sous la protection de l’archevêque, garantie en 1294, et du roi. Esztergom est la capitale ecclésiastique de la Hongrie, l’archevêque de la ville portant le titre de prince primat de Hongrie.

[4] Ispán est un titre donné dans le royaume de Hongrie, du Moyen Âge à l’avènement du régime communiste (loi de 1950), aux dignitaires les plus importants, le plus souvent à la tête d’un comitat.

[5] zékesfehérvár anciennement Albe Royale est une ville de Hongrie, au Nord-Est du lac Balaton. Fondée en 972 par le Prince Géza, après son accession au pouvoir, le château de Székesfehérvár était destiné à défendre les marches de l’Europe contre l’Orient. À partir du premier roi chrétien de la Hongrie, Étienne 1er, les couronnements furent associés au nom de Fehérvár (le château blanc) jusqu’au 16ème siècle.