Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Hilda de Whitby

lundi 16 janvier 2023, par ljallamion

Hilda de Whitby (vers 614-680)

Abbesse de l’abbaye de Whitby

Petite-nièce du roi Edwin de Northumbrie , elle fut abbesse de la première abbaye de Whitby [1] où aurait eu lieu de son vivant le synode de Whitby [2]. Elle est patronne de l’éducation, de la culture et de la poésie ; elle doit cette dernière fonction à Cædmon qui fut frère lai [3] dans son monastère.

Willibrord d’Utrecht est le premier à la mentionner dans son calendrier, mais la source principale pour sa vie est l’Histoire ecclésiastique du peuple anglais de Bède le Vénérable [4].

Hilda ou Hild naît dans l’entourage du roi Cerdic d’Elmet [5] chez qui son père Hereric, banni, s’est réfugié. Il meurt empoisonné peu après sa naissance. On pense qu’elle vit ensuite avec sa mère Breguswith et sa sœur aînée Hereswith dans l’entourage d’Edwin et qu’elle est baptisée le 12 avril 627 à l’emplacement de l’actuelle cathédrale d’York [6] en même temps que le roi et sa cour par Paulin le premier évêque d’York [7], missionnaire de la suite d’AEthelburg de Kent, deuxième épouse d’Edwin.

Peu après, Hereswith épouseAethelric, frère d’ Anna d’Est-Anglie . Bède ne dit rien sur un éventuel mariage de Hilda.

Son récit s’interrompt et ne reprend qu’en 647, alors que Hilda est sur le point de rejoindre sa sœur veuve à l’abbaye de Chelles [8]. Il est possible qu’elle soit venue vivre à la cour d’Est-Anglie [9] à la mort d’Edwin, ou de son mari le cas échéant.

Aidan de Lindisfarne la persuade de ne pas partir pour la France mais de s’installer sur les rives de la Wear [10] dans un petit monastère d’une hide [11] suivant la règle celtique d’Iona [12]. Elle devient ensuite la 2ème abbesse du monastère double de Hartlepool [13], non loin de l’actuelle église Sainte-Hilda.

En 655, Oswiu de Northumbrie remporte une victoire contre Penda de Mercie. En signe de gratitude, il voue au service de Dieu sa fille Aelfflæd âgée d’un an. Il la confie à Hilda et fait don à cette dernière de 10 hides à Streonshalh [14], où existait une petite église abritant les restes d’Edwin.

Elle y fonde en 657 un monastère double, qui produira 5 évêques dont Jean de Beverley . Le poète Cædmon y fut frère lai et bouvier [15]. Le roi Oswiu s’y fera enterrer. En 663-664 s’y serait tenu le synode de Whitby où la voie romaine fut choisie contre l’irlandaise. Il est possible que Hilda ait déploré cette décision car on la voit s’opposer par la suite à Wilfrid d’York, actif partisan du rapprochement avec Rome.

Malade durant les 6 dernières années de sa vie, elle fonde encore un monastère à Hackness [16] non loin de Whitby et meurt le 17 novembre 680. Eanflæd et AElfflæd, respectivement veuve et fille d’Oswiu, lui succèdent à la tête de Whitby.

Selon une chronique du 12ème siècle, Edmond 1er fit transporter au 10ème siècle ses restes ainsi que ceux d’Aidan de Lindisfarne et de Ceolfrith de Wearmouth à Glastonbury [17]. Une autre source propose Gloucester [18]

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Sister Hilary OHP ; (2003). St Hilda of Whitby, Order of the Holy Paraclete, St Hilda’s Priory, Sneaton Castle, Whitby YO21 3QN.

Notes

[1] L’abbaye de Whitby est un monastère bénédictin en ruines situé à proximité de la ville de Whitby, dans le Yorkshire du Nord sur la côte nord-est de l’Angleterre. Il est fondé en 657 par le roi anglo-saxon de Northumbrie Oswiu (Oswu) sous le nom de Streoneshalh (ou encore Streoneschalh, Streanshalh, Streonæshalch, anciens noms de la ville de Whitby). Il confie la direction du monastère à Hilda, nièce d’Edwin, premier roi chrétien de Northumbrie.

[2] Le concile de Whitby est un concile important qui a mené à l’unification temporaire des Églises catholiques en Grande-Bretagne et à la réduction de l’écart entre l’Église de Rome et les Églises celtes, notamment dans la doctrine. Il a été convoqué par le roi Oswiu de Northumbrie en 663 et 664 à l’abbaye de Whitby, monastère double dirigé par sainte Hilda, à Whitby, dans le Nord-Est de l’Angleterre.

[3] Dans l’usage courant, les frères lais ou sœurs laies (d’abord appelés convers, converses) sont les membres des ordres religieux catholiques chargés principalement des travaux agricoles et manuels, et des affaires séculières d’un monastère. Les frères lais ont été connus, en divers lieux et à différentes époques, sous les noms de fratres conversi, laici barbati (laïcs tonsurés mais barbus, alors que les moines sont des clercs tonsurés mais sans barbe), illiterati ou encore idiotæ. Bien que membres de leurs ordres respectifs, ils forment une catégorie séparée des moines de chœur, qui se consacrent principalement à l’Opus Dei à l’étude et, parfois, à l’écriture.

[4] L’Histoire ecclésiastique du peuple anglais (Historia ecclesiastica gentis Anglorum en latin) est un ouvrage de Bède le Vénérable écrit vers 731. Comme son titre le suggère, il s’agit d’une histoire de l’Angleterre qui s’intéresse tout particulièrement à sa christianisation.

[5] Elmet ou Elfed était un royaume celtique de langue cambrienne de Bretagne du nord (5ème siècle - 7ème siècle) fondé par des Brigantes, couvrant à peu près l’étendue du West Riding du Yorkshire. On pense qu’il était bordé par la Sheaf et la Mercie au sud, la Wharfe à l’est, le Deira au nord et le Craven (peut-être un pays indépendant) à l’ouest. Les habitants se nommaient Loides, terme qui serait à l’origine des toponymes Ledston, Ledsham, Leathley et Leeds. Elmet fut conquis par la Northumbrie en 616 ou en 626. Il a laissé des traces dans les annales et la toponymie, ainsi que des vestiges de travaux défensifs aux alentours de Barwick-in-Elmet. On trouve dans la région un certain nombre de noms de lieux débutant par Ecles- et Wal- qui seraient d’origine cambrienne.

[6] La cathédrale d’York est située dans la ville d’York dans le nord de l’Angleterre. C’est, devant la cathédrale d’Uppsala, le plus grand édifice gothique d’Europe du Nord, le siège de l’archevêque d’York, second dans la hiérarchie de l’Église anglicane, et la cathédrale du diocèse d’York. Elle est présidée par un doyen et un chapitre. Son appellation formelle est : « cathédrale et église métropolitaine de Saint-Pierre à York ».

[7] L’archevêque d’York est le troisième personnage de l’Église d’Angleterre, après le gouverneur suprême de l’Église d’Angleterre (c’est-à-dire le monarque) et l’archevêque de Cantorbéry (le primus inter pares de tous les primats anglicans).

[8] L’abbaye de Chelles est une ancienne abbaye royale autrefois située à Chelles. Fondée à l’époque mérovingienne (7ème siècle) par la reine sainte Bathilde, épouse de Clovis II, cette abbaye bénédictine de femmes a subsisté jusqu’à la Révolution française. Elle fut fermée en 1790, puis vendue en 1796 comme bien national et détruite. Les éléments subsistants ont été intégrés à la Mairie de Chelles.

[9] L’Est-Anglie, ou royaume des Angles de l’Est, est un royaume anglo-saxon établi au cours du Haut Moyen Âge sur les actuels comtés anglais du Suffolk et du Norfolk. Sa fondation légendaire, vers le milieu du 6ème siècle, aurait été le fait d’envahisseurs germaniques appartenant à la tribu des Angles. Il disparaît comme entité indépendante après les invasions vikings du 9ème siècle, mais le titre de comte d’Est-Anglie continue à être donné au sein du royaume d’Angleterre jusqu’à la fin du 11ème siècle, et la région conserve le nom d’Est-Anglie à ce jour.

[10] Le Wear est un fleuve côtier qui coule dans la région de l’Angleterre du Nord-Est. Il prend sa source à Wearhead dans le Comté de Durham, serpente dans la vallée de Weardale, traverse le bourg de Stanhope et passe à Washington, avant de se jeter dans la mer du Nord à Sunderland.

[11] L’hide, parfois appelé carucate, fut une unité variable de mesure de surface terrienne utilisée dans l’Angleterre médiévale (6ème au 16ème siècles). L’hide était défini par rapport au rendement de production et au potentiel de taxation d’une terre, plutôt que sur ses dimensions exactes. Ceci donne approximativement une surface de 24 à 49 hectares, en fonction de la fertilité de la terre. L’hide était la surface de terre considérée comme nécessaire pour subvenir aux besoins alimentaires annuels d’un foyer, une fois cultivée. Cinq hides devaient fournir un soldat armé dans les périodes de guerre. Dix hides formaient un tithing, dix tithing formaient un hundred (ou centaine), et les hundreds étaient groupés pour former un comté (shire).

[12] Le christianisme irlandais ou christianisme gaël est une pratique particulière du christianisme qui se développa sur l’île d’Irlande avec l’arrivée des premiers chrétiens, puis dans le royaume gaël du Dàl riada, avant de s’exporter en Bretagne inférieure, en Gaule et en Germanie. À l’inverse du système romain, qui s’appuie sur les infrastructures de l’Empire et la hiérarchie séculière, le christianisme gaël est décentralisé et s’appuie sur le monachisme. On l’associe parfois à l’arrivée des premiers évêques évangélisateurs romains, dont Patricius au 5ème siècle , mais on sait que des communautés chrétiennes existaient déjà avant et il est fort probable que leur pratique du christianisme était similaire à celle des premiers chrétiens. On considère qu’il s’est fortement développé avec la fondation du monastère d’Iona par Colomba au 6ème siècle avant d’être exporté par des missionnaires gaëls tels que Maol rubha à Applecross, Áedán en Northumbrie ou Colomban en Gaule et en Germania magna.

[13] Heretu

[14] actuelle Whitby

[15] Le vacher ou bouvier est le préposé à la traite, aux soins et à la conduite aux pâturages des vaches et des bœufs. Il s’occupe également de l’insémination le moment venu.

[16] Hackness est un village et une paroisse civile du Yorkshire du Nord, en Angleterre. Il est situé dans le Parc national des North York Moors, à 6 kilomètres environ à l’ouest de la ville de Scarborough. Administrativement, il relève du district de Scarborough

[17] L’abbaye de Glastonbury, située en Angleterre, dans le Somerset, prétend être la plus ancienne église hors sol (par opposition aux cryptes et autres catacombes) au monde, datant l’établissement de la communauté de moines en 63, au moment de la visite légendaire de Joseph d’Arimathie, qui y aurait apporté le Saint-Graal et aurait planté l’aubépine de Glastonbury, arbrisseau fleurissant à Noël et en mai.

[18] Gloucester est une ville du sud-ouest de l’Angleterre, à proximité de la frontière du pays de Galles. Depuis 1541, elle possède officiellement le statut de cité.